En un an, Thomas Buffel est devenu titulaire à Feyenoord, dont il est un des piliers, et la plaque tournante des Diables Rouges.
...

En un an, Thomas Buffel est devenu titulaire à Feyenoord, dont il est un des piliers, et la plaque tournante des Diables Rouges. Thomas Buffel : En effet, mais nous pouvons encore revenir sur le PSV. Je ne pense pas non plus que l'AZ maintienne son rythme actuel. Cette équipe n'a pas un noyau très large et risque de marquer le coup. De notre côté, nous avons perdu des points de justesse dans une série de matches. Contre le FC Groningue, nous menions 3-0 et nous nous sommes fait rattraper : 3-3. Nous devions gagner ce match ! Contre Roda JC, notre première mi-temps a été bonne mais nous n'avons pu gagner non plus. Nous avons ainsi gaspillé de sept à neuf points. Nous savions que nous vivions une saison de transition, suite au départ de tant de bons joueurs. Nous devons nous battre pour la deuxième place, également qualificative pour la Ligue des Champions. Entre autres. Les avants ajacides sont plus expérimentés. Nous avons besoin de beaucoup d'occasions pour marquer mais le bât blesse ailleurs aussi. Nous devrions mieux garder notre but. Je ne vise personne : tout le monde doit attaquer et défendre. Il faut juste trouver un bon équilibre On joue différemment avec Dirk Kuijt, en tout cas. Nous savions que Pierre marquerait toujours. Dirk doit encore nous le prouver. Il a besoin de temps. Moi-même, j'évolue dans une position différente, l'entraîneur ayant modifié son occupation de terrain. Je suis plutôt un faux ailier droit, qui converge vers l'axe et la position du numéro dix. Je bouge beaucoup. C'est sur le terrain que je dois faire mes preuves et c'est uniquement là qu'on peut me juger. Nous n'avons pas trouvé de remplaçants à Pol Bosvelt et à Van Hooijdonk. C'est un problème réel. Alfred Schreuder tente de compenser ces départs par son coaching. Nous devons trouver d'autres piliers au sein de l'équipe. Je peux certainement donner des consignes, des indications, mais ma position ne me permet pas de le faire constamment. Tout à fait. Notre statut nous y contraint. Un club comme Feyenoord doit se battre chaque saison pour les prix. Notre situation ne peut que s'améliorer. Nous avons d'ailleurs remarqué un progrès ces dernières semaines. Nous nous créons plus d'occasions. Si nous gagnons plus facilement, nous retrouverons aussi notre confiance. (F. Vanheule)