Sa fantastique première mi-temps avec les Diables Rouges contre la Turquie n'est pas passée inaperçue. Il n'en a pas fallu davantage pour qu'on annonce Buffel (23 ans) à Galatasaray et à Liverpool. L'attaquant sait que la roue peut tourner vite, même s'il est lié à Feyenoord jusqu'en 2006. Il n'exclut pas un départ.
...

Sa fantastique première mi-temps avec les Diables Rouges contre la Turquie n'est pas passée inaperçue. Il n'en a pas fallu davantage pour qu'on annonce Buffel (23 ans) à Galatasaray et à Liverpool. L'attaquant sait que la roue peut tourner vite, même s'il est lié à Feyenoord jusqu'en 2006. Il n'exclut pas un départ. Thomas Buffel : Elevées. Ce n'est pas pour rien que j'ai prolongé mon contrat. Je ne vais pas quitter Feyenoord pour gagner un peu plus d'argent. J'ai toujours le sentiment d'évoluer dans un grand club mais évidemment, on ne sait pas comment va la vie. Si un club du gabarit de Galatasaray se manifeste, j'aurai envie d'écouter ce qu'il a à me dire. Si un monument comme Gheorghe Hagi m'apprécie, ne c'est pas rien, sans parler de Liverpool, qui représente l'élite absolue. J'ai joué une excellente première période. J'ai pu réaliser quelques bonnes actions. On remarque immédiatement la différence entre un match international et un de championnat avec Feyenoord. Une rencontre internationale a beaucoup plus d'impact. Je l'ai constaté au vu des réactions qui ont suivi notre confrontation précédente contre les Pays-Bas. Je regrette d'autant plus que les Diables Rouges ne se soient pas qualifiés pour l'EURO. C'est logique. J'ai effectué ma formation à Rotterdam et m'y suis toujours beaucoup plu. Je trouve donc tout à fait normal que Feyenoord en soit récompensé. Finalement oui. J'ai joué autrement qu'il y a un an, en pensant davantage à moi-même, en ce sens que je voulais être décisif. J'ai marqué 14 buts. La saison passée, Pierre van Hooijdonk était mon paratonnerre. Cette année, j'ai dû en faire davantage. C'est difficile à dire. Nous avons réussi une belle série après la trêve hivernale. Peut-être aurions-nous pu mieux faire. D'autres part, la plupart des observateurs ne nous voyaient pas au-delà de la cinquième place, à l'aube de la saison. Or, nous avons montré de jolies choses. Par rapport à l'Ajax et au PSV, c'est surtout l'étroitesse de notre noyau qui nous a handicapés. La progression signée cette saison. Nous avons été nettement meilleurs au second tour. J'espère que nous continuerons sur notre lancée. Pour cela, il faut que le groupe reste intact. On entend tellement de rumeurs. Il n'est pas impossible que Shinji Ono s'en aille. Peut-être Ruud Gullit, notre futur entraîneur, va-t-il nous rendre un élan et transférera-t-il des joueurs ? L'équipe était très jeune, cette année. Elle a connu beaucoup de hauts et de bas. Frédéric Vanheule