Thomas Buffel Technique

Thomas Buffel est un gaucher qui évolue côté droit. Ses contrôles et surtout ses enchaînements sont toujours exécutés avec une très grande maîtrise grâce à ses qualités intrinsèques, mais aussi de par son expérience et sa lecture du jeu. Pour un gaucher, son pied droit est de très bonne qualité. Il s'en sert aussi bien pour une passe, un centre ou un dribble voire même pour une amortie ou une frappe au but. Ses remises en un temps et son jeu en déviation sont d'excellent niveau.
...

Thomas Buffel est un gaucher qui évolue côté droit. Ses contrôles et surtout ses enchaînements sont toujours exécutés avec une très grande maîtrise grâce à ses qualités intrinsèques, mais aussi de par son expérience et sa lecture du jeu. Pour un gaucher, son pied droit est de très bonne qualité. Il s'en sert aussi bien pour une passe, un centre ou un dribble voire même pour une amortie ou une frappe au but. Ses remises en un temps et son jeu en déviation sont d'excellent niveau. Avec son mètre 75 et ses 70 kilos, l'ex-international belge se montre très solide sur ses appuis, ce qui lui permet de résister aux charges les plus violentes. Il possède l'art de placer son corps entre le ballon et l'adversaire. Difficile de lui subtiliser le cuir quand il l'a sous contrôle. Sa vitesse sur les premiers mètres faisait partie de ses grandes qualités mais, à bientôt 31 ans, elle est un peu émoussée. Il compense par une science aiguë du démarquage. Le 19 de Genk peut évoluer comme demi d'aile ou comme ailier sur les deux flancs mais aussi en position axiale derrière un pivot. Il a connu ses meilleurs moments dans ce rôle-là mais à Genk, il joue presque toujours comme flanc droit. Cela lui permet de délivrer des centres rentrants très tendus mais aussi de plonger vers l'axe pour décocher une frappe de son meilleur pied. Il est capable de varier son jeu en demandant le ballon dans les pieds ou en effectuant un appel de rupture. L'ancien de Feyenoord, des Glasgow Rangers et du Cercle de Bruges a toujours fait montre d'une grande efficacité dans les assists ou les buts. Il compte 350 matches pros pour un peu plus de 80 buts marqués, mais ces stats sont un peu en baisse depuis son retour en Belgique. Il a connu son meilleur ratio matches-buts au Feyenoord avec 34 buts en 80 prestations. Le natif de Bruges possède une superbe patte gauche qu'il utilise aussi bien dans les frappes sèches qu'enroulées. Il est aussi très adroit dans les reprises de volée dont la pureté peut être phénoménale. En s'appuyant sur la qualité de sa frappe et son allure tête levée, ses centres du droit comme du gauche sont très précis. Cela en fait aussi un très bon donneur d'assists. De son poste de flanc droit, il peut renverser le jeu d'une transversale dont peu de joueurs de notre compétition ont le secret.Nabil Dirar fait partie des joueurs les plus doués techniquement de notre championnat. Sa conduite de balle, des deux pieds, dégage une énorme facilité doublée d'une élégance qui est un vrai régal pour les yeux. Ses dribbles courts et ses enchaînements sont dévastateurs et il exécute des gestes complètement déstabilisants pour ses adversaires. Virgules, crochets derrière la jambe d'appui, feinte de frappe des deux côtés, tout est parfaitement réalisé et, surtout, suivi d'une action souvent décisive. Avec ses 1m82 et 79 kilos, l'international marocain présente un gabarit plus imposant que la majorité des ailiers, rôle souvent confié à un petit feu follet. La vitesse de démarrage du Brugeois ne fait pas partie de ses qualités premières mais il compense largement par sa conduite de balle et ses changements de direction brusques en possession. En duel, il ne se laisse pas bousculer et son style d'anguille provoque pas mal de fautes quand il subit une charge. Le n°10 du FC Bruges n'est pas un véritable ailier de débordement. Il préfère rentrer dans le jeu pour provoquer son adversaire et pénétrer dans les 16 mètres où la capacité à intervenir agressivement, pour les défenseurs, est beaucoup plus risquée. Il sollicite davantage l'appel en décrochage pour recevoir le ballon dans les pieds plutôt que le démarquage vers la profondeur où son déficit d'explosivité le handicape quelque peu. En perte de balle, il se limite trop souvent à une coupure d'angles pour bloquer le défenseur dans la construction. En 150 matches pros, l'ancien de Westerlo a inscrit seulement 10 buts. Pour un attaquant doté de telles qualités techniques, c'est maigrichon et cela démontre son inconstance et son manque d'efficacité dans les 20 derniers mètres. Il ne vient pas suffisamment finir ses actions aux abords du point de penalty et se retrouve rarement en situation de face à face avec le gardien. Sa frappe du cou-de-pied ne fait certainement pas partie des plus lourdes. Mais dans le passing et sur les centres, ses services de l'intérieur du pied sont parfaitement distillés et bien appuyés. Cette capacité à mettre des ballons qui retombent très vite et avec beaucoup de force le rend responsable de la gestion de nombreuses phases arrêtées, particulièrement sur les flancs. Quand il rentre dans le jeu, il enroule ses tirs du droit comme du gauche même si le droit est son meilleur atout. NÉ EN 1963, ÉTIENNE DELANGRE JOUA COMME DÉFENSEUR AU STANDARD DE 1981 À 1992 (267M EN D1 ET 6B, CHAMPION EN 82 ET 83). EX-CHARGÉ DE COURS À L'ÉCOLE DU HEYSEL, IL COACHA DE LA P1 À LA D1 (CHARLEROI). PAR ÉTIENNE DELANGRE