" À West Brom tout le monde savait que Roofe allait exploser "

David Oldfield, ex-entraîneur des U21 de West Bromwich Albion.
...

David Oldfield, ex-entraîneur des U21 de West Bromwich Albion. " Il y a une dizaine d'années, le centre de formation de West Bromwich Albion constituait une référence en Angleterre et j'ai eu la chance de pouvoir m'occuper d'une génération super talentueuse parmi laquelle on retrouvait George Thorne ( Luton Town, ndlr), Romaine Sawyer ( West Bromwich, ndlr), Chris Wood ( Burnley, ndlr), Saido Berahino ( Zulte Waregem, ndlr) et Kemar Roofe. Si quelqu'un peut se targuer d'avoir formé Kemar, c'est l'ancien directeur, Mark Harisson(passé à Aston Villa en juin, ndlr). Mais Kemar lui-même a tout fait pour réussir. Il était souvent un des premiers à l'entraînement et il nous demandait régulièrement d'ajouter une séance. C'est un gars à qui on ne peut rien refuser. Il y a des jeunes qui veulent devenir professionnels pour profiter des bons côtés de cette vie mais Kemar adorait tout simplement le jeu. Parfois, on l'autorisait à s'entraîner avec les pros mais il n'a malheureusement pas réussi à s'imposer dans le noyau A. Pourquoi ? Je me suis toujours posé la question... Tout le monde l'appréciait et tout le monde savait qu'il allait exploser. Mais pour les jeunes Anglais, il est très difficile d'arriver en Premier League. Certains y parviennent d'un seul coup et d'autres doivent franchir plusieurs étapes avant d'être tout à fait prêts. Mais tout cela ne l'a pas abattu. Plutôt que de rester dans le cocon de l'académie, il a préféré être prêté. Cela n'a pas toujours été rose. Prenez sa période à Northampton Town : il travaillait dur pour l'équipe mais, pour je ne sais quelle raison, ça n'a pas fonctionné. Je suis heureux qu'il ait finalement éclos à Oxford United. Là, il était prêt à jouer avec les adultes." Mark Rugters, ex-équipier au Vikingur Reykjavik " J'ai été professionnel à Utrecht et à Haarlem mais après la mort de mon frère, j'ai pris le chemin de l'Islande. Début 2011, après deux ans au KR Reykjavík, j'ai été transféré au Vikingur et peu de temps après, Kemar est arrivé, avec un autre jeune de West Brom. J'ai tout de suite remarqué qu'il était assez petit. Il avait une excellente technique et il se battait sur chaque ballon mais son corps n'était pas prêt pour le football de combat qu'on pratique en Islande. Si je ne me trompe pas, il a également été assez rapidement blessé et, neuf fois sur dix, il s'entraînait seul. À cause de cela, il n'a pas pu montrer grand-chose et il a fini la saison en roue libre. Sur le plan footballistique, ça n'a pas été une bonne expérience pour lui mais d'un point de vue personnel, découvrir une autre culture n'est jamais mauvais. Mon épouse et moi nous sommes un peu occupés de lui et de son copain Cameron car nous savions ce que c'est, pour un étranger, de vivre en Islande. Comme nous ne nous entraînions qu'à 17 heures, nous avions le temps de faire du shopping, de prendre un café ou de jouer à la PlayStation. Ces deux gars étaient très relax, ils ne râlaient jamais. Bien entendu, le cadre était magnifique. Et demandez à Kemar ce qu'ils pense des Islandaises. Moi, en tout cas, j'ai passé de très belles années là-bas. Et je pense que Kemar aussi." Paul Godfrey, dirigeant et secrétaire du club de Cheltenham Town " Mark Yates, notre manager, était originaire de Birmingham. Il avait de bons contacts avec les clubs des Midlands. À l'époque, nous louions beaucoup de joueurs de West Brom, Birmingham City et Wolverhampton. Yates cherchait un joueur rapide et offensif pour le placer derrière les attaquants et il est tombé sur Roofe. À Cheltenham, Roofe jouait surtout dans l'entrejeu mais il s'entendait bien avec les attaquants. Il a effectué ses débuts deux jours après avoir été transféré et deux semaines plus tard, il inscrivait son premier but chez les pros. Ça se passait tellement bien que nous avons demandé à prolonger sa location de deux mois mais il a préféré retourner à West Brom. Keith Downing venait d'être remplacé par Pepe Mel et Roofe pensait pouvoir faire bonne impression au nouveau manager. Les deux parties ont fait une bonne affaire. À West Brom, il évoluait en espoirs tandis qu'à Cheltenham, il a eu la chance de jouer en équipe première." Tony Humes, ex-entraîneur de Colchester United" J'allais souvent voir jouer des jeunes d'académies de première catégorie, c'est ainsi que j'ai suivi Kemar Roofe. Chaque semaine, il brisait des murs défensifs alors, la direction de Colchester United et moi, on se disait qu'il pouvait faire la même chose en League One ( la D3 anglaise, ndlr). Nous l'avons loué pour un mois mais il est resté presque tout le temps sur le banc. Il s'entendait bien avec tout le monde et, lorsqu'il jouait, il ne se débrouillait pas mal mais aujourd'hui, je me dis que c'était sans doute un peu tôt pour lui. Le fossé entre la League One et le championnat des réserves était tout simplement trop important et nous en avons conclu que ce n'était pas le type de joueur qu'il nous fallait pour lutter pour le maintien. Nous avons alors engagé Chris Porter, un attaquant plus expérimenté, et nous nous sommes sauvés in extremis. Quelques jours avant la fin du contrat de location, j'ai eu une discussion avec Kemar et nous avons tous deux estimé qu'il valait mieux qu'il retourne à West Brom pour mieux repartir par la suite. Il était déçu, il espérait avoir plus de temps de jeu pour se mettre en évidence. Il considère peut-être son passage par Colchester comme une mauvaise expérience mais, selon moi, il y a appris quelque chose. Est-ce que je pensais qu'il irait aussi loin ? Il n'est pas resté suffisamment longtemps chez nous pour que je me fasse une idée." Armand Gnanduillet, ex-équipier à Oxford United" Kemar et moi habitions dans la même maison, on était cinq. Vous pouvez croire qu'on sortait beaucoup mais on ne pouvait pas se le permettre car le club était en crise. D'ailleurs, Kemar n'aimait pas particulièrement sortir. Il avait une copine et ils avaient déjà une petite fille. On avait chacun notre chambre mais on partageait tout et on connaissait donc tout de la vie de chacun. Un jour, je suis resté toute la soirée au téléphone et le lendemain, à l'entraînement, j'étais mou. Kemar m'a alors charrié : Pas étonnant que tu sois fatigué après avoir téléphoné à autant de filles. On en rigole encore. On s'entendait très bien. Avec moi, il pouvait faire aller sa grande g... mais pour le reste, il était souvent seul dans son coin. C'était un type assez réservé qui n'ennuyait personne. Quand j'y repense, on avait une chouette équipe. Jake Wright et George Baldock jouent à Sheffield United, Danny Hylton à Luton Town, Callum O'Dowda à Fulham, Chey Dunkley à Wigan... Kemar est celui qui peut aller le plus loin. Le connaissant, après son excellente saison à Leeds, je suis sûr qu'il est lancé. " Oliver Sarkic, ex-équipier à Leeds United" Roofe a éclaté il y a deux ans à Leeds. Ce fut une saison bizarre pour le club. À Noël, on était dans le top 5 mais après le Nouvel An, on n'a plus gagné qu'un match sur dix et on est retombé dans le ventre mou du classement. Thomas Christiansen, l'entraîneur actuel de l'Union, a été limogé en février et son successeur, Paul Heckingbottom, a lancé un tas de jeunes. On ne pouvait plus se qualifier pour les play-offs et on n'était pas concerné par la lutte pour le maintien. Cette saison-là, Roofe a signé un hat-trick mais il a perdu la lutte pour le titre de meilleur buteur face à Pierre-Michel Lasogga. Je dois préciser qu'il prenait tellement de coups qu'il a raté plusieurs matches ou qu'il a dû commencer sur le banc parce qu'il n'était pas tout à fait prêt. Sur le terrain, il n'arrêtait pas de courir. Il se tuait au travail pour l'équipe. Il était particulièrement efficace - il touchait rarement le ballon pour rien - et il y avait une intention derrière chacun de ses gestes. En fait, Roofe n'avait pas de particularité, il était très complet. Il est habile, sait garder le ballon et a une bonne détente. Il n'est pas spectaculaire mais le public ouvre parfois de grands yeux. C'est pourquoi les fans l'adorent. En dehors des entraînements, il était très sociable et avait une image impeccable. Avant l'arrivée de Marcelo Bielsa, les joueurs du noyau A et les U23 s'entendaient très bien. Roofe faisait en forte que les jeunes ne soient pas timides lorsqu'ils devaient trouver leur place dans le vestiaire."