Club : Glentoran Belfast
...

Club : Glentoran Belfast Inauguration : 1892 Capacité : 30.000 places Record d'assistance : 25.000 spectateurs contre la Juventus (octobre 1977) Cher Magazine, Si se rendre à Windsor Park ne nécessite pas de passer parmi les quartiers chauds de la capitale de l'Ulster, une visite au stade de Glentoran (22 titres, 19 coupes) pourrait par contre vous réserver une petite poussée de fièvre. Pour prendre la température à The Oval, impossible d'éviter la traversée d'une cité matérialisant parfaitement toutes les images négatives de Belfast diffusées par nos tubes cathodiques. Ames impressionnables, s'abstenir ! Les célèbres peintures politiques à la gloire de l'IRA, peintes sur les pignons de petites habitations sinistres, y sont omniprésentes, de même qu'un nombre étonnamment élevé d'immeubles complètement murés. Dans ce triste décor, le football n'est pas en reste : une longue cage aux grillages rouillés mène d'un arrêt ferroviaire à l'enceinte des Vert, Rouge et Noir. Tel un couloir d'accès pour fauves à une piste de cirque, elle est totalement hermétique, puisque même fermée sur sa partie supérieure. Afin de contenir les supporters visiteurs ou de les protéger ? Surmonter son éventuelle petite appréhension en vaut toutefois la peine, surtout pour les amoureux de stand de type britannique. Dans le genre, la tribune assise principale est une merveille. Bien compacte et aux antipodes des constructions basses à base large du genre Kuipje à Westerlo ayant toujours l'air de rentrer honteusement la tête dans les épaules, elle illustre magnifiquement l'air fier et majestueux des édifices privilégiant la hauteur. " Le jeu avant tout " : la phrase inscrite au bas du grand écusson trônant sur la façade extérieure ne manque évidemment d'intriguer. L'origine de la présence de ce slogan dans la langue de Molière ? Il nous sera répondu, sans conviction, qu'il n'y a pas de motif précis l'expliquant, que l'utilisation d'expressions françaises équivaut à l'emploi d'une citation en latin chez nous ! Si l'aéroport, tout proche, n'est guère décelable en matière de décibels, l'autoroute voisine et les inévitables industries portuaires y créent un fond sonore dont la persistance rend l'ambiance encore plus pesante. Même vide, le repère des rivaux séculaires de Linfield, qui a vu débuter des joueurs comme Jimmy McIlroy ou Billy Bingham, transpire de bonnes grosses gouttes de marmite à pression. Une atmosphère au sein de laquelle même les sangs les plus froids ne pourront rester de glace.n par Rudi Katusic