Championne d'automne sans avoir perdu le moindre match, la Real Sociedad vit un deuxième tour plus difficile. Les hommes de RaynaldDenoueix (que les Espagnols ont surnommé Astérix en opposition à Obélix, alias VicenteDelBosque) ont connu la défaite dès l'entame des matches retour, dans le derby basque contre Bilbao. Depuis, le petit brin de réussite qui avait souri à l'équipe d'Anoeta lors des ...

Championne d'automne sans avoir perdu le moindre match, la Real Sociedad vit un deuxième tour plus difficile. Les hommes de RaynaldDenoueix (que les Espagnols ont surnommé Astérix en opposition à Obélix, alias VicenteDelBosque) ont connu la défaite dès l'entame des matches retour, dans le derby basque contre Bilbao. Depuis, le petit brin de réussite qui avait souri à l'équipe d'Anoeta lors des matches aller, lui tourne le dos. En huit jours, la Real Sociedad vient de rencontrer ses deux principaux rivauxpour le titre : voici dix jours, elle s'est inclinée 2-1 à La Corogne (où elle avait pourtant ouvert la marque, avant que DarkoKovacevic ne manque la conversion d'un penalty), mais dimanche, contre le Real Madrid, elle s'est brillamment ressaisie, triomphant 4-2. Comme le choc de dimanche passé l'a encore illustré, l'une des forces de l'équipe est le duo d'attaque Kovacevic- Nihat. Jusqu'ici, les deux hommes se sont partagés une trentaine de buts. "En Turquie, j'avais toujours joué sur le flanc droit", précise l'ancien joueur de Besiktas. "Raynald Denoueix m'a positionné en pointe. Ma foi, cela ne fonctionne pas mal. Je trouve régulièrement le chemin des filets". Nihat apprécie son nouvel entraîneur français: "C'est un perfectionniste et un grand travailleur. Il apporte beaucoup de sérénité dans lé groupe". Il avoue néanmoins devoir énormément à JohnToshack: "Je l'avais connu en Turquie. C'est lui qui m'a offert ma chance en équipe Première au Besiktas, alors que je n'avais que 17 ans. C'est lui, aussi, qui m'a fait venir à la Real Sociedad. Je peux dire qu'il a orienté ma carrière". Les aléas du football ont fait en sorte que l'attaquant turc explose alors que l'entraîneur gallois a quitté le club. "Alors que je m'apprêtais à signer, voici un an et demi, les examens médicaux avaient décelé des problèmes au ménisque. J'ai dû me faire opérer, et j'ai loupé de nombreuses rencontres la saison dernière. Par conséquent, j'ai eu du mal à me faire adopter par les supporters. Aujourd'hui, tout va mieux. La tristesse de l'an passé a laissé la place à l'allégresse. Mais, dans la Liga espagnole, une mauvaise série peut vous faire rapidement dégringoler". A défaut de titre, la Real Sociedad se consolera sans doute avec une participation à la Ligue des Champions. Pour une équipe qui luttait contre la relégation l'an passé, ce ne serait déjà pas mal. (D.Devos)