ANALYSE POINTS FORTS

Le Team DSM est sans doute le plus attentif aux jeunes. Il a l'art de dénicher des talents qu'il peut aisément enrôler, car il leur présente un dossier complet, qui comprend un plan de développement. Les Néerlandais s'appuient sur une philosophie éprouvée, dénuée d'improvisation, contrairement à certaines équipes. Ce travail leur permet d'obtenir depuis des années des résultats supérieurs à leur budget. Pas en 2021, une année catastrophique sous de nombreux aspects, même si trois victoires d'étapes à la Vuelta ont éclairci la saison, permettant à RudiKemna et consor...

Le Team DSM est sans doute le plus attentif aux jeunes. Il a l'art de dénicher des talents qu'il peut aisément enrôler, car il leur présente un dossier complet, qui comprend un plan de développement. Les Néerlandais s'appuient sur une philosophie éprouvée, dénuée d'improvisation, contrairement à certaines équipes. Ce travail leur permet d'obtenir depuis des années des résultats supérieurs à leur budget. Pas en 2021, une année catastrophique sous de nombreux aspects, même si trois victoires d'étapes à la Vuelta ont éclairci la saison, permettant à RudiKemna et consorts d'aborder l'hiver avec un certain optimisme. Henri Vandenabeele est monté deux fois de suite sur le podium du Baby Giro. Il peut suivre les meilleurs en montagne mais pour viser un classement, il doit perfectionner son contre-la-montre. Le sprinteur Alberto Dainese a figuré à six reprises dans le top 10 de la Vuelta. C'est un peu comme une bouteille de ketchup: il suffirait d'une victoire pour que d'autres suivent. Onze coureurs seulement sont trop âgés pour revendiquer le maillot blanc au Tour. Quel jeune loup va tenter sa chance? Chaque coureur qui quitte cette équipe en démolit le management. On peut donc se poser des questions. Même le brave Tiesj Benoot se plaint. C'est tout juste si le départ d' Ilan Van Wilder n'a pas dégénéré en bataille juridique. Mieux vaut y réfléchir à deux fois avant de signer chez DSM. Les coureurs qui s'en vont reprochent à l'équipe son règlement très rigide. Les coureurs ne peuvent pas réfléchir eux-mêmes à leur entraînement, à leur alimentation, à leur calendrier, bref à leur propre carrière! Romain Bardet s'épanouit chez DSM. L'année dernière, il a délibérément opté pour l'anonymat relatif du Giro mais désormais, il envisage de participer à nouveau au Tour, sous conditions: en général, DSM divulgue ses programmes assez tard et les communique tout aussi tardivement aux coureurs. John Degenkolb conserve également un bon souvenir de cette équipe, où il revient après des passages chez Trek-Segafredo et Lotto Soudal. L'Allemand est le chef de file de l'équipe sur les pavés, avec Sören Kragh Andersen. Quand le sprinteur Cees Bol est lancé, il est difficile de le freiner. Le problème, c'est qu'il ne parvient plus à développer cette vitesse à chaque fois. John Degenkolb (Lotto Soudal), Leon Heinschke (Espoir), Jonas Iversby Hvideberg (Uno-X Pro Cycling Team), Marius Mayrhofer (Espoir), Tim Naberman (Espoir), Frederik Rodenberg (Uno-X Pro Cycling Team), Henri Vandenabeele (Espoir), Sam Welsford (élite sans contrat) Tiesj Benoot (Jumbo-Visma), Felix Gall (AG2R-Citroën Team), Chad Haga (Human Powered Health), Jai Hindley (Bora-Hansgrohe), Max Kanter (Movistar Team), Nicolas Roche (arrêt), Martin Salmon (arrêt), Michael Storer (Groupama-FDJ), Jasha Sütterlin (Bahrain Victorious), Ilan Van Wilder (Quick-Step Alpha Vinyl Team)