LE JEU LE VA-ET-VIENT DE NEDVED

La Tchécoslovaquie a disputé la finale des Mondiaux 1934 et 1962, gagné le Championnat d'Europe 1976. Séparée de la Slovaquie depuis treize ans, la Tchéquie fête ses débuts dans un tour final du Mondial. C'est la dernière chance d'une génération surdouée de remporter un trophée. Elle a échoué en finale de l'EURO 1996 contre l'Allemagne et a été éliminée par la Grèce en demi-finales du dernier EURO. Le pays possède de nombreuses écoles de football et réalise d'énormes efforts en faveur des jeunes. Les - 21 ans ont été ch...

La Tchécoslovaquie a disputé la finale des Mondiaux 1934 et 1962, gagné le Championnat d'Europe 1976. Séparée de la Slovaquie depuis treize ans, la Tchéquie fête ses débuts dans un tour final du Mondial. C'est la dernière chance d'une génération surdouée de remporter un trophée. Elle a échoué en finale de l'EURO 1996 contre l'Allemagne et a été éliminée par la Grèce en demi-finales du dernier EURO. Le pays possède de nombreuses écoles de football et réalise d'énormes efforts en faveur des jeunes. Les - 21 ans ont été champions d'Europe en 2002. Une nouvelle génération est donc prête à prendre la relève. Après la retraite internationale de PavelNedved, la Tchéquie a peiné en qualifications. Elle a été battue deux fois par les Pays-Bas, une fois par la Roumanie. Elle s'est imposée de justesse dans le barrage face à la Norvège, notamment grâce au retour de Nedved. Si la Tchéquie a marqué beaucoup - 37 buts -, elle ne produit plus le même jeu frais et offensif que durant le tournoi portugais. Jan Koller et Vratislav Lokvenc, ses deux attaquants, ont été touchés aux ligaments croisés du genou en automne. Leur absence a pesé à la fin des qualifications. Ils sont certes guéris mais retrouveront-ils leur forme à temps pour le tournoi ? K arel Brückner a fêté ses 66 ans trois jours avant la qualification de la Tchéquie. Celle-ci constitue son plus beau succès, affirme le sélectionneur. Il a repris l'équipe en 2002, quand elle n'a pas réussi à se qualifier pour le Mondial asiatique. D'aucuns pensaient que cet homme déjà âgé ne comprendrait pas la génération actuelle. En fait, ce fin tacticien est aussi très psychologue. Il traite ses joueurs comme s'ils étaient ses petits-enfants et entretient une atmosphère familiale qui permet à des joueurs comme MarekHeinz ou TomasRosicky, peu sûrs d'eux dans leur club, de s'épanouir en équipe nationale. Comme Pavel Nedved le dit : " Brückner sait ce dont les joueurs ont besoin ". Lorsqu'il a quitté le terrain, en demi-finales de l'EURO, le genou foulé, d'aucuns ont cru que PavelNedved vivait de bien tristes adieux à l'équipe nationale. Ce devait être son dernier tournoi. Il est pourtant revenu. Nedved évolue en Série A depuis dix ans. Il a gagné le doublé (championnat/Coupe) avec la Lazio en 1999-2000 avant d'être transféré à la Juventus pour 41 millions. Le meneur a parfaitement pallié le départ de Zinedine Zidane. Après l'EURO 2004, le Cheval, comme on le surnomme en raison de son volume de travail hors normes, quitte la Reprezentace mais Karel Brückner s'est dépêché de le faire revenir sur sa décision : " Nous sommes plus forts quand Pavel est à bord ", a-t-il lancé.