"C'est un terrain de Provinciale, espérons seulement qu'on ne se blesse pas ". Cette phrase, formulée tant dans la presse que par certains des Diables avant Egypte-Belgique, amène trois remarques.
...

"C'est un terrain de Provinciale, espérons seulement qu'on ne se blesse pas ". Cette phrase, formulée tant dans la presse que par certains des Diables avant Egypte-Belgique, amène trois remarques. Primo, ceux qui ont écrit ça avant le match auraient dû titrer après, au lieu de râler : " Succès total, mission accomplie, tous nos Diables sont sains et saufs ! ". Secundo, quand tu pleurniches, avant le coup d'envoi, sur l'état du terrain, tu es déjà en train d'inventer tes excuses au cas où tu saloperais ta prestation personnelle : ce n'est pas ça qui va faire de toi un conquérant. Tertio, en bas de l'échelle, nous sommes donc chaque semaine des milliers de héros, sur des terrains forcément " de Provinciale ", à risquer sans peur notre intégrité physique pour l'amour du foot. Pourquoi donc admirons-nous alors ces pleutres du sommet ? A imé Anthuenis a été content de Silvio Proto, de Yves Vanderhaeghe et d' Emile Mpenza, nous aussi. Vous me direz qu'existait une alternative, à savoir citer les noms des huit autres, ceux dont il n'avait pas été content. Mais en foot, la dernière défaite précède toujours la prochaine victoire, faut donc toujours positiver,... toujours trouver de quoi positiver même si tu dois chercher l'aiguille positive dans une botte de foin foireuse : d'ailleurs, la fois précédente, Aimé avait flirté avec le défaitisme et ça n'avait pas été bien vu non plus ! Il a donc calmé le jeu, y compris quant à Vincent Kompany (le mal de dos a bon dos !) que toute la presse réclamait comme médian et qu'Anthuenis a enfin testé comme médian : pour se faire lui-même une idée, ou pour en donner à la presse ? Ça, mystère et boule de gomme... Les cotes attribuées convergent, la presse concède que le gamin a couru perdu, et ça me conforte dans l'idée qu'il n'est pas prêt pour le rôle : j'espère que Franky Vercauteren va continuer de l'aligner derrière et de le gronder chaque fois qu'il s'endormira d'aisance... En fait, ma pensée émue va ici à Gaëtan Englebert, vu qu'Anthuenis avait annoncé un 4-3-3 avec Kompany " dans un rôle à la Englebert " (sic)... lequel n'était pas sélectionné : Englebert est disponible mais tu t'en passes, tout en l'érigeant en référence pour définir le rôle que va devoir remplir le nouveau ! C'est sympa pour Gaëtan, pile dix ans de planches en plus que Vincent, mais à qui l'on signifie délicatement que Kompany est d'ores et déjà supérieur à son poste... qu'il n'a jamais occupé ! Tu voudrais signifier à Englebert qu'il sera ad vitam 25e roue de charrette, tu ne formulerais pas autrement... Bon, j'en reste là à propos de Kompany, sous peine qu'on accuse le vieux Jeunejean d'anti-jeunisme. Et je termine par deux divers. Voici dix jours dans Match 1, Vincent Langendries montrait un tableau du prix des places en D1, où il s'avérait que le prix augmentait si l'on était visiteur au lieu de visité, ce prix pouvant aller jusqu'à doubler pour les visiteurs de La Gantoise ! Affairisme lamentable, articulé sur la xénophobie (littéralement " hostilité à ce qui est étranger ") : ce n'est pas du racisme mais ça n'en est pas loin, et je parie qu'il n'y a même pas de loi pour empêcher la chose... Les dirigeants te répondront qu'ils ont quand même bien le droit de fidéliser leurs supporters en leur appliquant des tarifs préférentiels,... vicelardise de Fancard qui permet tout ça ! Anecdote plus rigolote enfin, le lendemain dans Télé-foot : pour montrer que TF1, bien qu'ayant beaucoup plus de moyens que nos petites chaînes à nous, n'en sort pas forcément beaucoup plus intelligente dans ces grands moments de télévision que sont les interviews de footballeurs. C'était un reportage sur Juninho, et le reporter tentait d'accoucher l'intéressé quant à la recette de ses coups francs si souvent convertis. Sa question fut : " Le secret n°1, c'est quand même de cadrer, non ?" Figurez-vous que Juninho a répondu oui. Faites passer le tuyau. par Bernard JeunejeanPour convertir ses coups francs, le secret n°1, c'est de cadrer ! Faites passer.