A 18 ans (il en aura 19 le 3 juin, soit le jour des demi-finales masculines à Roland Garros...), le natif de Manacor sur l'île de Majorque a marqué les cinq premiers mois de la saison au fer rouge.
...

A 18 ans (il en aura 19 le 3 juin, soit le jour des demi-finales masculines à Roland Garros...), le natif de Manacor sur l'île de Majorque a marqué les cinq premiers mois de la saison au fer rouge. A l'Open d'Australie, il donna du fil à retordre à Lleyton Hewitt en huitièmes de finale : cinq sets disputés dans la fournaise avec, au bout du compte, une défaite épique. Deux mois plus tard à Miami, l'Espagnol fut à deux doigts de battre en finale Roger Federer. Le Suisse fut contraint d'effectuer une incroyable remontée dans le cinquième set pour émerger sur le fil. Ces deux rencontres provoquèrent un déclic chez le gamin dont la masse musculaire rappelle celle de Carlos Moya, lui aussi Majorquais et grand ami de Rafael. Déjà vainqueur de deux tournois sur terre battue, à Costa Do Sauipe au Brésil et à Acapulco au Mexique, Nadal enchaîna par trois autres victoires autrement plus illustres à Monte Carlo, Barcelone et surtout à Rome où il dut souffrir pendant 5 h 14 pour venir à bout de Guillermo Coria, le finaliste malheureux de Roland Garros 2004. Il n'en fallait pas plus pour faire de Nadal l'un des grands favoris pour le rendez-vous de la Porte d'Auteuil... Rafa, comme l'appellent ses compatriotes, avait fait son apparition dans le top 5 mondial et pour retrouver trace d'une pareille performance, il faut remonter à 1989 avec Michael Chang (âgé alors de 17 ans et 5 mois). Lors de son succès à Barcelone, Nadal, qui était déjà devenu le plus jeune joueur à remporter la Coupe Davis, devint le premier teenager depuis Andre Agassi en 1988 à remporter cinq titres sur une saison. Avant eux, il y avait eu Jimmy Connors (5 titres en 1972), Björn Borg (7 en 1974 et 5 en 1975), John McEnroe (5 en 1978), Mats Wilander (9 en 1983) et Boris Becker (6 en 1986) ! C'est à cinq ans que Rafael touche sa première raquette. Déjà à cette époque son oncle Toni s'occupe de lui donner ses premières leçons. 13 ans plus tard, c'est toujours le même homme, frère de Miguel Angel Nadal, l'ex-défenseur du FC Barcelone, du Real Majorque et de l'équipe nationale espagnole, que l'on retrouve à ses côtés. Pour parfaire son physique, il y a Jofre Porta, qui travaille également avec Moya. D'ailleurs, Rafael et Carlos frappent souvent la balle ensemble sur leur île natale et il ne fait aucun doute que le second a servi d'inspiration au premier. C'est en 2001 que Nadal passe pro et l'année suivante, ce gaucher à la frappe de mule remporte son premier match sur le circuit ATP : il n'a pas 16 ans. En 2003, à la faveur notamment d'une finale atteinte à Hambourg, Nadal termine l'année dans le top 50. Enfin, en 2004, il gagne à Sopot (Pologne) son premier titre ATP mais on signalera tout de même une fracture de stress à la cheville gauche qui le tint éloigné des courts pendant trois mois. Le parcours de l' Espagnol n'est pas sans rappeler celui de Hewitt, mais prudence car sa précocité qui force l'admiration ne le pousse-t-il pas à brûler trop tôt ses meilleures cartouches, comme l'Australien ? Les meilleurs spécialistes ne font cependant pas la fine bouche : -Andre Agassi : " La manière dont il domine la saison sur terre battue est exceptionnelle. Sa manière de jouer est unique ". -Roger Federer : " Je suis bien placé pour savoir qu'il est très fort et je savais depuis le début de la saison qu'il serait le grand favori sur terre battue " - Jim Courier : " Il aime la bagarre, il a une balle lourde et son physique s'est beaucoup étoffé ces derniers mois. Il est en train de nous dire : -Je vais être là pour un moment !-John McEnroe " Il va être l'un des plus grands de ce jeu. Comme il joue beaucoup, il doit juste veiller à ne pas tomber dans l'overdose ". Les yeux noisette de Rafael Nadal Parera, que l'on a parfois du mal à apercevoir à cause du bandana qui lui sert à maintenir son épaisse chevelure, semblent dire : " Merci pour les compliments mais on sait que la route est encore très longue... A chaque fois que je gagnais un match, on me demandait si j'étais le favori pour Roland Garros mais celui qui gagnera le 5 juin sera celui qui jouera le mieux pendant ces deux semaines-là ! ". Déjà forfait à Paris en 2003 pour une blessure au coude et en 2004 pour un problème de pied, Nadal avait appris à être prudent. Florient EtienneIl n'a pas encore 18 ans et fait déjà PENSER à LLEYTON HEWITT. Trop ?