La terminologie journalistique italienne a fait une percée inattendue en Belgique. Jean-François Gillet, le gardien liégeois de Bari, était "non négatif à la nandrolone". Outre le drame personnel de ce jeune gardien prometteur lancé à la une du Calcio avec des stars comme le Portugais Couto, le néologisme nous péta en pleine figure. Non négatif voulait dire positif au premier test anti-dopage, mais avec une chance de finalement être reconnu définitivement négatif après la contre-expertise. On sait depuis que Gillet n'est pas non négatif et qu'il risque une grosse suspension un de ces jours. Triste.
...

La terminologie journalistique italienne a fait une percée inattendue en Belgique. Jean-François Gillet, le gardien liégeois de Bari, était "non négatif à la nandrolone". Outre le drame personnel de ce jeune gardien prometteur lancé à la une du Calcio avec des stars comme le Portugais Couto, le néologisme nous péta en pleine figure. Non négatif voulait dire positif au premier test anti-dopage, mais avec une chance de finalement être reconnu définitivement négatif après la contre-expertise. On sait depuis que Gillet n'est pas non négatif et qu'il risque une grosse suspension un de ces jours. Triste. Bernard Tapie est tout autant non négatif. On attendra la contre-expertise avant de juger de son retour à l'OM. Pas question de le condamner d'avance. Le bonhomme a suffisamment payé, non? Il a triché et l'a payé de pratiquement six mois de prison. Les tricheurs savent donc ce qu'ils risquent en France et on doit espérer que la leçon a porté. En ce qui concerne Tapie, on est plutôt rassuré : il ne recommencera plus. Ou alors, on insulte son intelligence. Car son QI doit être celui d'un Arsène Lupin. A la limite de ce qu'on accepte généralement comme politiquement correct. Dans la catégorie de ceux qu'on adore détester. Mais ce n'est pas au football belge à donner des leçons. Chez nous, si des membres éminents de la famille football n'ont jamais volé en prison, c'est uniquement grâce au fait que fausser des compétitions sportives n'est inscrit que depuis récemment dans le code pénal. Et ce contrairement au droit français très actif pour traquer les dérives du sport, dopage compris. Pas question, donc, de traiter différemment un Tapie que ceux qui ont oeuvré dans le cadre des célèbres affaires belges et qui ont seulement été sanctionnés par l'autorité sportive. Tapie n'est pas plus sale qu'eux parce qu'il a séjourné quelques mois en prison (même si cette dernière ressemblait plus à un Club Med qu'à la prison d'Arlon). Il a droit à un deuxième parcours qui sera, forcément, constamment scruté avec la dernière précision; non seulement par la loi mais également par la ligue professionnelle française... sans parler des préjugés et autres a priori. Impossible d'encore être un marquis de stade dans ces conditions.Tapie va prendre son pied à Marseille mais va vivre l'enfer en déplacement. Comment voulez-vous que les supporters adverses oublient. Encore maintenant, vingt ans après, il est facile de faire mousser les Rouges en scandant Waterschei. Et le résultat est le même à l'égard des Mauves avec des Nottingham bien sentis... On servira donc du Valenciennes à Tapie. Mais Marseille jubile. Ses fans méditerranéens ont eu ce qu'ils réclamaient depuis belle lurette : le retour de Nanard. On parle de mafias des stades en évoquant la manière dont tout fonctionne à l'OM mais c'est aussi un bel exemple de démocratie. Les six milliards crachés par Robert Louis-Dreyfus n'ont pas convaincu les supporters marseillais de la valeur d'une dictature financière. Reste à voir si les vieilles recettes de Tapie prendront et s'il faut sourire ou s'inquiéter du fait qu'il rappellerait un Raymond Goethals, compagnon des bons et mauvais coups. Tapie lui permettrait de savoir si son génie est atteint ou non par la limite d'âge. Ne boudons pas notre plaisir : Tapie et le Belge à nouveau en course, avec des garde fous pour atténuer les craintes des pessimistes. Ce sera comme dans Lucky Luke : on rigolera dans le saloon et les bigots feront des sermons dans la grand-rue. Car le football reste une merveilleuse vache à lait. Mouscron et son président viennent, eux, de donner une nouvelle chance à un vieux routier du sport belge, Adrien Vanden Eede, qui a beaucoup souffert. C'est bien. Dans un autre ordre d'idées, Sport-Foot Magazine a récemment conclu un bon transfert en la personne de Maître Luc Misson. Il possède désormais sa rubrique (La Parole du Droit) pour expliciter des cas concrets et contemporains d'application du droit à la vie sportive. A ce sujet, n'hésitez pas à faire parvenir vos questions à la rédaction. On transmettra... Tapie et Goethals peuvent aussi écrire! John Baete