Les méthodes du nouvel entraîneur, Peter Bosz, suscitent l'enthousiasme en Rhénanie-Westphalie. Bosz, auquel ses compatriotes reprochaient sa naïveté, parce qu'il s'inspirait trop ouvertement du Barça de Cruijff et de so...

Les méthodes du nouvel entraîneur, Peter Bosz, suscitent l'enthousiasme en Rhénanie-Westphalie. Bosz, auquel ses compatriotes reprochaient sa naïveté, parce qu'il s'inspirait trop ouvertement du Barça de Cruijff et de son attaque à tout crin, a consacré des heures à initier son groupe à l'exercice de la pression vers l'avant. Il a procédé par petits groupes et son travail a porté ses premiers fruits dès le début du championnat. Bosz joue la possession du ballon, avec un rythme élevé, des lignes rapprochées, le tout pour obtenir une domination totale. Le BVB cherche le chemin le plus court vers le but, il dispose d'un buteur à la chaîne, Aubameyang, de jeunes talents comme Pulisic et après des années marquées par des blessures, Sahin s'épanouit. Il peut donc s'ériger en concurrent sérieux du Bayern pour le titre. Tout commence par une brillante défense. Après deux journées, le gardien Bürki n'avait pas encore encaissé de but. Si Bosz parvient à réanimer Götze et peut compter, en janvier, sur un Reus guéri, à son ancien niveau, Dortmund redeviendra une machine comme sous l'ère Klopp.