Fin juillet, Mario Been a démissionné, deux mois après son arrivée. Le club chypriote a engagé Donis, une garantie de succès. En 2013-2014, l'entraîneur grec avait déjà conduit APOEL à un triplé historique - coupe, titre ...

Fin juillet, Mario Been a démissionné, deux mois après son arrivée. Le club chypriote a engagé Donis, une garantie de succès. En 2013-2014, l'entraîneur grec avait déjà conduit APOEL à un triplé historique - coupe, titre et supercoupe - en plus d'une campagne en LC. Cette fois, il va tout faire pour que son club fasse mieux que prendre un petit point en Europe. Donis compte sur un entrejeu chevronné (Efrem, Aloneftsis, Vinicius, Morais) qui a permis au club de remporter sa poule d'EL la saison passée puis de réaliser un exploit contre Bilbao, avant qu'Anderlecht ne se montre trop fort en huitièmes de finale. En principe, l'équipe doit être renforcée, avec un achat-record, Sallai, l'ancien meilleur buteur chypriote Poté et l'ailier néerlandais Ebecilio, embauché en janvier. Reste à voir comment les nouveaux seront impliqués dans le jeu, d'autant qu'APOEL se trouve dans un groupe très ardu, avec le Real Madrid, le Borussia Dortmund et Tottenham. De Camargo doit calmer le jeu. L'équipe est âgée et on peut craindre qu'elle souffre face à des équipes qui opèrent un pressing élevé et constant.