S'il alterne souvent dans ses choix en championnat, entre prudence en déplacement et onze un peu plus audacieux à domicile, Weiler devrait opter pour une équipe plus conservatrice face aux oppositions européennes. Au mi...

S'il alterne souvent dans ses choix en championnat, entre prudence en déplacement et onze un peu plus audacieux à domicile, Weiler devrait opter pour une équipe plus conservatrice face aux oppositions européennes. Au milieu de terrain, c'est donc Trebel qui devrait compléter le triangle, en compagnie de Kums et Dendoncker. Un choix qui renvoie Hanni sur le flanc gauche du 4-1-4-1 anderlechtois, tandis que le besogneux Chipciu prend en charge l'autre couloir. La pointe de l'attaque devrait se disputer entre Teodorczyk et Beric, tandis que le détonateur Onyekuru sera sans doute cantonné au costume de joker. Derrière Dendoncker, l'ossature défensive est complétée par Kara et Spajic, excellents quand il s'agit de défendre à proximité de leur rectangle. Pas toujours inspiré offensivement, mais difficile à franchir, Appiah cadre bien avec la philosophie de solidité défensive prônée par son entraîneur, tandis qu'Obradovic pourra montrer à l'Europe ses qualités au-dessus de la moyenne avec le ballon pour un latéral gauche. Sels complète le tableau d'un onze pensé pour ne pas encaisser.