L'Olympiacos n'a raté que deux titres en vingt ans. Hasi sait donc que la barre est placée très haut. La qualification pour la phase de poules de la CL a fait retomber la pression. L'ancien entraîneur d'Anderlecht a entra...

L'Olympiacos n'a raté que deux titres en vingt ans. Hasi sait donc que la barre est placée très haut. La qualification pour la phase de poules de la CL a fait retomber la pression. L'ancien entraîneur d'Anderlecht a entraîné dans son sillage un peloton de Belges ou de footballeurs connus en Belgique : Gillet, Odjidja, Proto, Engels, Carcela et Marin. Du coup, cette formation grecques constitue une attraction pour les supporters belges aussi, d'autant que, à part Proto, on peut s'attendre à ce qu'ils soient tous titularisés. Odjidja, élu meilleur joueur de Pologne la saison passée sous le maillot du Legia Varsovie, est rapidement devenu le patron de l'entrejeu. D'abord au numéro dix puis un cran en-dessous. La force de cet Olympiacos réside dans son entrejeu, à la fois physique et technique. Devant, Djurdjevic et El Fardou doivent encore faire leurs preuves. Lors des premiers mois de la saison, la défense a pourtant été le principal souci d'Hasi. Elle commet trop de fautes quand l'adversaire opère un pressing élevé. On s'attend à ce qu'Hasi pratique la rotation, compte tenu de son noyau.