LOGAN BAILLY ET JESSICA KAPPERT

Logan Bailly (18 ans) : Au fitness De Arena, que je fréquentais régulièrement en compagnie de Mike Mampuya. Je connaissais le salon de coiffure de Jessica. Je m'y suis rendu régulièrement. Les premiers temps, c'était un peu difficile car elle ne parle que le néerlandais et moi que le français. Toutefois, au bout de trois ou quatre mois, mon néerlandais s'est amélioré. Au début, mes parents étaient quelque peu sceptiques quant à notre relation car elle avait 24 ans et moi seulement 16.
...

Logan Bailly (18 ans) : Au fitness De Arena, que je fréquentais régulièrement en compagnie de Mike Mampuya. Je connaissais le salon de coiffure de Jessica. Je m'y suis rendu régulièrement. Les premiers temps, c'était un peu difficile car elle ne parle que le néerlandais et moi que le français. Toutefois, au bout de trois ou quatre mois, mon néerlandais s'est amélioré. Au début, mes parents étaient quelque peu sceptiques quant à notre relation car elle avait 24 ans et moi seulement 16. Vraiment l'amie parfaite. Elle fait tout pour moi et ne cherche pas les problèmes. Son seul défaut, c'est qu'elle s'exprime mal en français mais nous y travaillons ! J'étais plutôt timide alors que Jessica est très sociable et noue facilement le contact. (Jessica : " Mes parents ont longtemps tenu un café et maintenant, j'ai un salon de coiffure, donc, je fais la connaissance de beaucoup de gens ".)Oui, je n'avais que 16 ans. Mon frère aîné, Arnaud, et mon neveu m'ont beaucoup aidé. J'ai le sens de la famille. J'ai encore un petit frère, Douglas. Il a maintenant dix ans et vient souvent passer la nuit ici. Il est très fier de moi. J'ai récemment découvert que son journal de classe était rempli de photos de moi. J'étais à l'école de foot du Standard mais je n'étais pas doué pour les études. Je n'étais pas un rêveur ni un chambardeur mais ça ne m'intéressait pas. Je voulais tout miser sur le foot et ça me suffisait, car nous nous entraînions deux fois par jour. Oui. J'ai commencé à cinq ans, dans le but, car c'est une tradition familiale. Mon grand-père, mon père et mon frère ont été gardiens de but. Non, je n'ai jamais eu de préférences, ni en matière de joueurs, ni de films, ni de musique, vraiment rien... J'avais une préférence pour Jorge Campos, le Mexicain haut en couleurs. Sinon, il y a aussi Fabien Barthez, Oliver Kahn et maintenant Iker Casillas, aussi. En Belgique, j'aimais voir Philippe Vande Walle à l'£uvre. J'aime les gens qui ont du panache, qui changent de l'ordinaire. Comme Copa, de Beveren, et Luciano, du Germinal Beerschot, par exemple. Oui, une Mercedes, de Genk. Mais je n'ai pas encore mon permis de conduire, donc c'est mon père qui la conduit pour le moment. Quand j'aurai mon permis, je m'achèterai une petite auto, pour commencer. Plus tard, peut-être une BMW X5. Naturellement. J'adore qu'on me regarde. ( Jessica : " Les gens le prennent toujours pour David Beckham ".) Une fois qu'un joueur est connu, les gens s'attendent à ce qu'il ait un côté glamour. A plusieurs reprises, j'ai sciemment copié la coiffure de Beckham. Au club, ils en rigolent parfois. Quand Beckham a un nouveau look, on me demande quand j'ai l'intention de changer le mien (il rit). Je cherche toujours ma famille dans les tribunes. Ça ne va pas si je n'aperçois pas mon père. En déplacement, il me dit grosso modo où il sera et dès que je monte sur le terrain, je regarde après lui. Depuis mes six ans, je porte aussi le même t-shirt en dessous de ma tenue de gardien. Un ami français de mon père, originaire de Lyon, me l'a donné il y a douze ans. Jessica Kappert (26 ans) : Absolument pas, je n'y connais rien en football. ( Logan : " Je n'étais alors qu'un Espoir de Genk ". ) Son jeune âge ne m'a pas posé problème. Nous nous téléphonions souvent et après trois ou quatre semaines, nous habitions déjà ensemble, pour ainsi dire, car je passais souvent la nuit chez lui. Durant les premières semaines, pour communiquer, nous nous sommes adressés à des amis et des amies qui parlaient français. Oui, depuis un an et demi. J'ai dû refaire trois fois ma sixième année d'humanités et j'ai été obligée de suivre un contrat d'apprentissage dans un salon de coiffure. Cette expérience et le contact humain m'ont plu. C'est ainsi que tout a commencé. J'ai suivi des cours du soir pour me spécialiser, par exemple dans la pose de dreadlocks. Et maintenant, j'ai mon propre salon de coiffure. Mon frère a un solarium dans le même bâtiment et ma soeur y tient un studio de soins d'ongles. C'est donc une grande entreprise familiale. Mon père s'occupe de la supervision. Oui, c'est moi qui choisis ses coiffures. Quand j'ai fait sa connaissance, il avait des cheveux horriblement courts. Depuis, il a essayé différentes coiffures mais c'est sa coupe actuelle, avec des longs cheveux, qui lui convient le mieux. ( Logan : " Je lui sers de cobaye. Mais c'est vrai, j'aime bien ma coiffure actuelle et elle pourrait même être plus longue ". ) C'est souvent une chaîne française car je regarde peu la télévision. Quand Logan rentre, il regarde les nouvelles. Le soir, nous regardons un DVD ensemble et nous nous arrangeons pour qu'il soit sous-titré en français ou en néerlandais. Il aime bien que je le masse pendant ce temps mais du coup, je m'endors souvent avant la fin du film. De moins en moins. La seule chose qui me manque, c'est une bonne conversation, parfois, mais de toute façon, Logan n'aime pas parler longtemps ni dramatiser les choses. Parfois, je me fâche et si ça dure trop longtemps, il réagit en me disant que je dois parler français. (Logan : " Quand je suis fâché, je m'exprime en français ". ) Dans ce cas-là, il vaut mieux le laisser tranquille. Au début, ça me posait problème car je préfère évacuer immédiatement les problèmes alors qu'il se tait. Le lendemain, d'ailleurs, il a tout oublié. Le fait de peu parler a un avantage : notre relation est passionnante car nous nous découvrons progressivement. Un peu quand même. Je trouve que c'est nécessaire dans une relation. Cependant, nous conservons chacun notre vie. Je trouve important que l'un et l'autre, nous ayons certaines libertés. C'est la leçon que j'ai tirée de relations précédentes. Généralement en discothèque. A Hasselt. Logan ne consomme pas d'alcool. Il est déjà assez fou comme ça. Il a eu sa première cuite au Nouvel An. Mampuya avait organisé une fête chez lui et à deux heures du matin, Logan se sentait déjà mal (elle rit). Il est charmant et comique. Romantique, câlin, aussi. Quand il doit s'absenter, il m'écrit des messages tendres au rouge à lèvres sur le miroir. Il fait pareil quand les vitres sont embuées. Son défaut : il ne fait strictement rien à la maison. Ce qui est aussi ennuyeux, c'est qu'il veut toujours que nous restions à nous deux alors que j'aime recevoir des amis. matthias Stockmans