Le Beerschot sans les frères Martijn et Pieterjan Monteyne, il faudra s'y faire. Le premier - back droit - vient de signer à Roda après quatre saisons à Anvers. L'autre - back gauche - s'est lié à Mons après dix années au Kiel. Et plus de 300 matches.
...

Le Beerschot sans les frères Martijn et Pieterjan Monteyne, il faudra s'y faire. Le premier - back droit - vient de signer à Roda après quatre saisons à Anvers. L'autre - back gauche - s'est lié à Mons après dix années au Kiel. Et plus de 300 matches. Pieterjan Monteyne (28 ans) est le prototype de ces footballeurs qu'on remarque peu mais qui font leurs matches. Parce qu'il n'occupe pas un poste très médiatisé. Parce qu'il a un gabarit parfaitement dans la moyenne (1m76, 73 kg). Mais aussi parce que ce gars né à Roulers est plutôt du genre discret, même timide. " Ma devise, c'est parler peu mais réussir ce qu'on me demande ", lâche-t-il. " C'est sûrement une question d'éducation. Ceux qui ont grandi en Flandre-Occidentale ne sont pas réputés pour être des gens bavards. Mais quand on a besoin d'eux, ils sont là. On peut toujours compter sur moi, c'est sans doute le trait le plus fort de mon caractère. "Il est formé à Roulers, où il passe près de dix ans. Il découvre la D2 avec ce club. Et très vite, il est repéré par des recruteurs du Germinal Beerschot. Et aussi par le T1 du club, Franky Van der Elst. " J'avais été une des bonnes surprises de l'équipe de Roulers. En début de saison, je n'étais même pas dans le noyau. En fin de championnat, j'avais joué près de 30 rencontres. Van der Elst est venu me voir cinq ou six fois et il a insisté pour que je sois transféré. Directement, il m'a mis dans l'équipe et j'ai pratiquement tout joué dès la première année. " A la même époque, Pieterjan Monteyne est international Espoir. Et il gravit les premières marches du professionnalisme main dans la main avec une de ses idoles : Marc Degryse. " En stage, je me suis retrouvé dans la même chambre que lui et il n'arrêtait pas de me donner des conseils. C'était assez bizarre. S'il m'avait demandé de prendre une boîte de cirage et une brosse, je me serais occupé de ses godasses sans broncher. " Après quelques mois au Beerschot, Monteyne arrive sur les tablettes de l'Ajax, club partenaire. Il passe très près d'un transfert à Amsterdam mais c'est finalement un autre indéboulonnable du flanc gauche qui obtient cette promotion : Jelle Van Damme. Qu'importe, Monteyne affirme qu'il aura encore tout le temps pour passer un jour dans un championnat étranger, que ce n'est pas plus mal de faire d'abord ses preuves sur le long terme en Belgique, et qu'au moins, cela va lui permettre de continuer ses études d'ingénieur commercial dans une université anversoise. Et après Franky Van der Elst, tous les coaches qui stationnent au Kiel continuent à lui faire confiance. Que ce soit Marc Brys, Jos Daerden, Harm van Veldhoven, AiméAnthuenis, Glen De Boeck ou Jacky Mathijssen, ils sont tous d'avis que Pieterjan Monteyne a quelque chose. C'est comme ça qu'il s'est posté confortablement à la deuxième place du classement des joueurs ayant disputé le plus grand nombre de matches de D1 avec le Germinal Ekeren, le Beerschot ou le Germinal Beerschot. Seul Gunther Hofmans a fait mieux. Et derrière Monteyne, il y a d'autres monstres sacrés comme Mike Verstraeten, Didier Dheedene et Philippe Vande Walle. Depuis qu'il joue en D1, Pieterjan Monteyne n'est vraiment sorti qu'une fois de l'anonymat pour le grand public en Wallonie. En 2008-2009. Après un Charleroi-Germinal Beerschot, un Habib Habibou furieux se lâchait en zone mixte : " Dès les premières minutes, Monteyne m'a insulté : -Hé le singe, tu te crois en Afrique ? Va cueillir des bananes. " L'attaquant carolo rappelait que peu de temps auparavant, d'autres footballeurs de notre D1 (dont Moussa Maâzou et Faris Haroun) avaient aussi été insultés sur le même thème. Et il concluait en disant : " Je vais finir par croire qu'en Belgique, il vaut mieux que quelqu'un de couleur n'exerce pas le métier de footballeur. " Réponse du tac au tac de Monteyne : " Habibou était frustré de ne pas avoir gagné. Il m'a traité de fils de p--. Mais tout cela n'a aucune importance. " Habibou a confirmé ses propos, a envisagé d'attaquer Monteyne en justice puis a finalement laissé tomber. PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS: REPORTERS Seul Gunther Hofmans a joué plus de matches avec le Germinal Ekeren, le Beerschot ou le Germinal Beerschot.