Inconnu encore voici un an, Idrissa Sylla (24) est le nouvel attaquant d'Anderlecht, avec qui il s'est engagé jusqu'en juin 2019. Une ascension vertigineuse, même si le Guinéen n'est pas tombé du ciel. Zulte Waregem l'avait acquis en septembre 2013 au Mans, pour 150.000 euros à peine, soit environ 10 % du prix de son transfert à Anderlecht. L'attaquant africain était arrivé au club français de D2 (qui touchera une partie de la somme) à l'âge de 16 ans et avait inscrit 14 buts en 52 matches de championnat.
...

Inconnu encore voici un an, Idrissa Sylla (24) est le nouvel attaquant d'Anderlecht, avec qui il s'est engagé jusqu'en juin 2019. Une ascension vertigineuse, même si le Guinéen n'est pas tombé du ciel. Zulte Waregem l'avait acquis en septembre 2013 au Mans, pour 150.000 euros à peine, soit environ 10 % du prix de son transfert à Anderlecht. L'attaquant africain était arrivé au club français de D2 (qui touchera une partie de la somme) à l'âge de 16 ans et avait inscrit 14 buts en 52 matches de championnat. Timide et en manque de condition physique, Sylla avait mis du temps à trouver sa place au sein d'une équipe de Zulte Waregem qui tournait bien. A la fin de l'année 2013, il avait été six fois titulaire, était monté onze fois au jeu (toutes compétitions confondues) et n'avait inscrit que deux buts. Le déclic s'était produit lors de la trêve hivernale, en partie parce que le staff médical de Zulte Waregem avait décelé que Sylla présentait une différence de longueur au niveau des jambes. Des semelles permirent de résoudre le problème et d'apporter plus de stabilité mais aussi davantage de confiance à l'attaquant. A partir du mois de février, Sylla allait véritablement exploser, inscrivant sept buts en quatorze matches (les quatre derniers de la phase classique du championnat et dix de play-offs I). Cette saison, il semblait bien parti pour conserver cette moyenne avec cinq buts lors des dix premières rencontres de championnat. Depuis début octobre, toutefois, le Guinéen ne marque plus. Il est fatigué par ses nombreux déplacements en Afrique (trois aller-retour) et par la naissance de ses jumelles au Mans, où son épouse vit toujours et où il se rend parfois en pleine nuit. S'il souffre d'un manque de fraîcheur, l'Africain n'a toutefois rien perdu de ses qualités. Son désormais ex-coach Francky Dury se montre élogieux à son égard. "Idrissa a le même style que Dieumerci Mbokani. Malgré son mètre quatre-vingt-huit, il n'est pas très musclé mais il protège très bien son ballon - la façon dont il contrôle de la poitrine est phénoménale - et il est aussi mobile qu'une anguille. Idrissa se place aussi très bien dans le rectangle, il a une grosse détente et un tir puissant du gauche." Besnik Hasi s'en est aperçu et a insisté pour l'avoir à Anderlecht. Avec Herman Van Holsbeeck, il balaie les doutes quant au temps de jeu dont il bénéficiera en raison de la présence d'Aleksandar Mitrovic. Selon Hasi, le Guinéen et le Serbe sont parfaitement complémentaires. Reste à voir quand ils joueront pour la première fois ensemble car Sylla s'est reblessé aux adducteurs lors de la Coupe d'Afrique. Il avait déjà été victime d'une déchirure sur plusieurs centimètres lors du dernier match précédant la trêve hivernale. PAR JONAS CRETEUR