Schalke 04 fête son centenaire cette saison. Le club de Gelsenkirchen compte, pour le rehausser d'un trophée, sur l'expérience de son nouvel entraîneur, Jupp Heynckes. Si Nico Van Kerckhoven est assuré d'être titulaire et qu'Emile Mpenza est blessé, pour la énième fois, Sven Vermant (30 ans) doit, pour le moment, se contenter d'une place sur le banc voire dans la tribune.
...

Schalke 04 fête son centenaire cette saison. Le club de Gelsenkirchen compte, pour le rehausser d'un trophée, sur l'expérience de son nouvel entraîneur, Jupp Heynckes. Si Nico Van Kerckhoven est assuré d'être titulaire et qu'Emile Mpenza est blessé, pour la énième fois, Sven Vermant (30 ans) doit, pour le moment, se contenter d'une place sur le banc voire dans la tribune. Sven Vermant : L'entraîneur a fait un choix tactique. Il ne faut pas chercher plus loin. Il n'y a pas grand-chose à faire. Il opte pour deux médians défensifs, sans médian à vocation spécifiquement offensive derrière les attaquants. Cette tactique m'est défavorable alors que les jeunes Hamit Altintop et Christian Poulsen se débrouillent très bien pour le moment. Je dois donc me concentrer sur les entraînements et les éventuelles occasions qui se présenteront. Un fameux progrès, hein (Il rit). Nous avons un noyau très large. L'entraîneur a l'intention de pratiquer la rotation. Même des titulaires comme Poulsen et Tomasz Hajto se sont déjà retrouvés dans la tribune. Je ne veux pas considérer la situation sous cet angle. On ne peut montrer que ce qu'on a. je n'ai entendu aucun bruit négatif, au contraire. S'il s'avérait que je n'entre pas dans les projets de l'entraîneur, on me le dirait. Nous n'en sommes pas là. J'ai déjà eu une dizaine d'entraîneurs et finalement, j'ai joué partout. Ces jeunes semblent meilleurs. Ils ont saisi leur chance. Il est donc logique que l'entraîneur leur maintienne sa confiance. Je dois de toute façon me faire à notre nouveau style de jeu, au sein duquel je suis plus proche que d'habitude de la défense. Je n'ai pas besoin de beaucoup de matches pour atteindre mon niveau. Pendant la préparation, nous avons disputé deux à trois rencontres par semaine. Je suis suffisamment grand pour savoir comment entretenir ma condition. Pas vraiment. Ce n'est pas dans ma nature non plus. Je n'ai reçu aucun signal m'avisant que je n'étais plus le bienvenu ici. L'aspect financier est formidable mais je veux également jouer, bien sûr. Je ne suis pas à Schalke 04 pour compter mes sous. Je ne baisse pas la tête. Mon jour viendra. L'entraîneur me soutient. Il croit manifestement en mon talent. Je ne m'en préoccupe pas encore. Je laisse les choses se décanter. Je vis une situation de luxe, un peu comme au Club Brugeois. J'espère pouvoir bientôt refaire un bon choix. (F. Vanheule)