Sven Vermant (30 ans) a vécu un premier tour étrange à Schalke 04. Il semblait ne pas entrer dans les projets de Jupp Heynckes mais sa performance contre le Bayern a tout changé : comme Nico Van Kerckhoven, le médian a retrouvé sa place et ne doit plus chercher d'autre club.
...

Sven Vermant (30 ans) a vécu un premier tour étrange à Schalke 04. Il semblait ne pas entrer dans les projets de Jupp Heynckes mais sa performance contre le Bayern a tout changé : comme Nico Van Kerckhoven, le médian a retrouvé sa place et ne doit plus chercher d'autre club. Sven Vermant : Ce n'est qu'une rumeur. On en a davantage parlé il y a quelques mois mais pas sur base d'une location. Je ne suis pas le joueur d'une solution provisoire. Ma femme attend notre deuxième enfant et je n'ai pas envie de déménager. Je reste ouvert à toutes les offres quand même. Je suis en meilleure position maintenant qu'il y a trois mois. Là, c'était vraiment la galère. Comme le club, je reviens de loin. Je n'ai pas d'explication car je n'ai pas changé en tant que joueur. Peut-être l'entraîneur porte-il un regard différent sur moi. Au début, il ne tenait aucun compte de moi. J'étais systématiquement le 19e homme. J'ai donc demandé à Rudi Assauer la permission de partir. Il a toujours été correct. Il apprécie mon sérieux. Il m'a donc rendu ma liberté, jusqu'à ce que je reçoive ma chance contre le Bayern. Non, la chance se force. L'entraîneur a longtemps cherché la composition idéale, même si sa tactique était établie. Nous évoluons en 4-4-2. Je joue souvent en pare-chocs devant la défense, avec Niels Oude Kamphuis. Il n'utilise pas de meneur de jeu. L'un de nous deux doit soutenir l'attaque mais jamais les deux en même temps. C'est difficile à dire. Tout change tellement vite... Il faut prester de mieux en mieux. Les joueurs changent très vite d'équipe, de nos jours. Il ne faut plus nourrir trop d'illusions. Je suis un des derniers fidèles. Nous n'avons encore discuté de rien. Le club va réaliser une évaluation du noyau après la trêve hivernale. Si possible, trois saisons. Je n'ai pas l'intention d'attendre le mois de mai pour prendre une décision. J'attends l'offre de Schalke 04. En avril, j'aurai 31 ans. Deux ans me conviendraient aussi. Tout dépend des chiffres qui seront avancés et des objectifs du club. Je me sens chez moi ici, j'entretiens d'excellents rapports avec le président et le vice-président. Ces hommes sont derrière moi, à 200 %. C'est très rassurant. (F. Vanheule)F. Vanheule