La sauce ne prend pas encore

Zulte Waregem a entamé la saison sous la version Essevee 2.0. Pas parce qu'il a complètement renouvelé son noyau, mais parce que le staff a reçu du sang frais, avec deux jeunes adjoints, Davy De fauw et Timmy Simons. Ils doivent apporter une vision plus moderne du football en matière d'entraînement, de tactique, de gestion des joueurs... Mais ils ne sont qu'un complément à l'entraîneur principal, Francky Dury, qui conserve le dernier mot.
...

Zulte Waregem a entamé la saison sous la version Essevee 2.0. Pas parce qu'il a complètement renouvelé son noyau, mais parce que le staff a reçu du sang frais, avec deux jeunes adjoints, Davy De fauw et Timmy Simons. Ils doivent apporter une vision plus moderne du football en matière d'entraînement, de tactique, de gestion des joueurs... Mais ils ne sont qu'un complément à l'entraîneur principal, Francky Dury, qui conserve le dernier mot. Cette transfusion n'a toujours pas eu l'effet escompté. Les séances sont de fait plus ciblées, mais on n'en remarque pas grand-chose en match jusqu'à présent. Le manque de leadership et de caractère est flagrant dans certains matches. En attaque, Jelle Vossen et Saido Berahino évoluaient dans le même registre et n'étaient donc pas complémentaires. Poster Vossen sur le flanc gauche n'était d'ailleurs pas un bon choix. Zulte a donc engagé le Tchèque Tomas Chory (1m99) et a prêté Berahino à Charleroi lors du dernier jour du mercato. Les problèmes défensifs sont encore plus graves. Dury n'a pas encore trouvé d'équilibre dans son quatuor défensif. En plus, Ewoud Pletinckx (19 ans) et Olivier Deschacht (39 ans) n'ont pas le niveau de la saison passée, durant laquelle ils ont formé un duo complémentaire. Zulte Waregem est fragile quand l'adversaire joue dans le dos de sa défense, notamment parce que l'arrière gauche Laurens De Bock n'est plus très rapide. La dernière ligne aurait grand besoin des directives du gardien Sammy Bossut, qui souffre d'une fracture du crâne. Le club vient de louer un défenseur central, William Bianda, à l'AS Rome, et un arrière droit, Abdallah Ali Mohamed, à l'Olympique Marseille, mais il est encore trop tôt pour dire s'ils sont de véritables renforts. Ayant beaucoup souffert de l'impact de la pandémie, Zulte Waregem n'a pas reçu de budget pour ses transferts. Il n'est donc pas question pour l'instant de donner son C4 à Francky Dury, qui est sous contrat jusqu'en 2024, car le club ne pourrait pas payer son indemnité de licenciement. Laurens De Bock est le plus connu des transferts de Zulte Waregem. Leeds United, auquel il est lié pour deux saisons, le loue jusqu'en été, avec option d'achat. Le club anglais paie même la majeure partie de son salaire. Ses locations précédentes à Ostende, à Sunderland et à ADO La Haye n'ont pas été couronnées de succès. Zulte Waregem a offert une bouée de secours à l'arrière gauche, qui n'a encore que 27 ans, partiellement parce qu'il limite les risques financiers. Il espère que De Bock retrouve le niveau atteint au Club Bruges de 2013 à 2018 sous la férule des adjoints, De fauw et Simons, qui le connaissent bien. De Bock a saisi sa chance dans un environnement qui lui est familier. Il a énormément travaillé sa condition pendant la préparation et a été titulaire jusqu'à présent. Zulte n'a évidemment pas d'alternative valable à l'arrière gauche. Ce n'est pas nécessaire pour l'instant, car De Bock est en forme et joue bien, même s'il ne brille pas. Top: Gianni Bruno Auteur de neuf buts la saison passée, Bruno vient d'inscrire deux goals et de délivrer trois assists. Il est ainsi impliqué dans la moitié des réalisations de Zulte Waregem. Flop: Saido Berahino Après un excellent premier tour en 2019, l'ancien joueur de Premier League a décliné. Malgré une bonne préparation cet été, c'est à Charleroi qu'il va devoir se relancer.