Retour aux sources

L'ère Francky Dury a pris fin à Zulte Waregem le 17 décembre 2021, après un 17 sur 57, après vingt ans et 779 matches. Ses adjoints, Davy De fauw et Timmy Simons, ont repris le flambeau mais après deux victoires d'affilée, le club a dû déchanter, même si deux ultimes succès contre Seraing et Eupen lui ont au moins permis d'assurer son maintien.
...

L'ère Francky Dury a pris fin à Zulte Waregem le 17 décembre 2021, après un 17 sur 57, après vingt ans et 779 matches. Ses adjoints, Davy De fauw et Timmy Simons, ont repris le flambeau mais après deux victoires d'affilée, le club a dû déchanter, même si deux ultimes succès contre Seraing et Eupen lui ont au moins permis d'assurer son maintien. La direction du club a tiré des leçons de l'expérience: il n'était pas question de continuer avec De fauw et Simons, qui n'ont gagné que quinze points sur 45. Zulte ne les a même pas maintenus au poste d'assistants. Arrive donc un visage connu, Mbaye Leye, le meilleur buteur de Zulte Waregem, qui a entretenu une relation d'amour-haine avec le club. Il l'a quitté en claquant la porte à trois reprises, pour revenir autant de fois, maintenant au poste d'entraîneur principal, après son échec au Standard. Son embauche n'est pas surprenante car le club pensait à lui depuis longtemps pour succéder à Dury. L'avenir nous dira si c'était un bon choix, mais pour le moment, la communication entre Leye, le staff technique et la direction du club se déroule de manière optimale. Sa principale mission consiste à ranimer l'enthousiasme et la rage de vaincre de son noyau. Depuis quelques années, c'est une carence flagrante, qui a découragé plus d'un supporter. Retour aux sources donc, avec des joueurs prêts à aller au feu, comme Leye quand il était encore joueur. Il a énormément insisté sur cet aspect durant toute la préparation. Le club a tenu compte de la mentalité des joueurs durant sa campagne de recrutement. Comme il n'a pas beaucoup d'argent, il a renforcé son équipe de scouting en lui adjoignant deux jeunes hommes modernes, qui analysent les données: Tim Taveirne et David Smolders. Malgré les injections financières de l'actionnaire principal, Tony Beeuwsaert, Zulte Waregem, qui est un des rares clubs de notre élite à être encore en mains belges, doit se tirer d'affaire avec le même budget que les saisons précédentes. Le noyau a subi de nombreux changements. Tous les joueurs loués (Kutesa, Doumbia, Boya) ont pu quitter le Gaverbeek, de même que deux jeunes du cru Dion De Neve (KV Courtrai) et Ewoud Pletinckx (OHL). Zulte Waregem a transféré deux Belges issus de divisions inférieurs: l'attaquant Stan Braem (SKV Zwevezele) et le médian Nicolas Rommens, une des sensations du RWDM en D1B. On a déjà complimenté ces deux joueurs, mais ils doivent encore faire leurs preuves dans les matches à enjeu. L'Espagnol gaucher Borja Lopéz (arrivé gratuitement du Sporting Gijon, pensionnaire de division deux) doit apporter plus de sécurité à l'axe défensif, qui peut compter sur l'expérience de Timothy Derijck et Alessandro Ciranni, et l'abattage de l'arrière gauche Oleksandr Drambaev. L'Ukrainien appartient au Shakhtar Donetsk, qui le prête, et il a déjà montré de belles choses pendant la préparation. Derrière eux, le monument du club, Sammy Bossut, est en concurrence avec Louis Bostyn pour la place de premier gardien. Dans l'entrejeu, Lasse Vigen, qui a été fréquemment blessé la saison dernière, doit enfin montrer pourquoi on l'a qualifié de révélation potentielle il y a un an. Zulte Waregem a prolongé le contrat d'Abdoulaye Sissako, qui a été très irrégulier. En attaque, on s'attend au départ de Jean-Luc Dompé. Celui-ci est en fin de contrat en 2023. Zinho Gano a également essayé de s'en aller mais il est encore lié au club jusqu'en 2024. Jelle Vossen reste une certitude, probablement en duo avec Braem. Zulte Waregem devra encore enrôler des talents s'il veut passer une saison dénuée de soucis. Il manque encore certainement d'un défenseur central, d'un médian offensif et d'un attaquant.