Alost entame la saison avec autant de points d'interrogations que la précédente. Il y a un an déjà, nul n'aurait misé un centime sur ses chances de maintien et ses finances étaient déjà entamées. Alost est toutefois parvenu à se sauver, grâce à un savant mélange de jeunes enthousiastes et de joueurs expérimentés. Il a été contraint d'offrir leur chance à des jeunes talents qui, sinon, se seraient tournés vers d'autres clubs, faute d'occasions de jouer. Tim Reigel et Björn De Wilde sont les meilleurs exemples de la réussite alostoise.
...

Alost entame la saison avec autant de points d'interrogations que la précédente. Il y a un an déjà, nul n'aurait misé un centime sur ses chances de maintien et ses finances étaient déjà entamées. Alost est toutefois parvenu à se sauver, grâce à un savant mélange de jeunes enthousiastes et de joueurs expérimentés. Il a été contraint d'offrir leur chance à des jeunes talents qui, sinon, se seraient tournés vers d'autres clubs, faute d'occasions de jouer. Tim Reigel et Björn De Wilde sont les meilleurs exemples de la réussite alostoise. Au lieu de poursuivre sur son élan, Alost se voit obligé de repartir à zéro. Ceux qui avaient l'opportunité de partir l'ont fait, inquiets de la santé sportive et surtout financière du club. Les nouveaux venus sont jeunes et inconnus mais, contrairement à l'année dernière, ils sont essentiellement d'origine étrangère. Comme son prédécesseur, Manu Ferrera a tout à gagner : en-dehors du club, nul ne croit au maintien d'Alost. DÉFENSEDans le but, Vladan Kujovic a prouvé l'an dernier qu'il était capable de prendre des points et de maintenir son équipe à flots. Quel que soit l'avenir d'Alost, le sien semble souriant. Le gardien peut compter sur l'expérience et la force dans les duels de Georges Arts et de David Van Hoyweghen. Le jeune Kader Seydi, défenseur central, est également puissant et bon dans les duels. A droite, Dejan Mrvaljevic a le niveau de la D1 d'un point de vue défensif mais il manque d'aptitudes footballistiques à la relance. Le côté gauche est provisoirement occupé par un ancien Anderlechtois, le jeune Yannick Vervalle. Il y a aussi Kristof De Saedeleer, qui a entamé l'exercice précédent comme doublure, tandis qu'à droite, Karel Verhulst pointe du nez. ENTREJEULa grande question, c'est la solidité de l'entrejeu. Recèle-t-il suffisamment de talent et de caractère pour s'imposer face à des équipes plus routinées? Tous les joueurs sont nouveaux. Dans l'axe, Gideon Imagbudu est un solide travailleur, un médian défensif idéal. Devant lui, deux éléments peuvent apporter leur créativité: l'international marocain Abdellah Cherji ou le Néerlandais René Klomp. Le Brésilien Marcos Lucas semble être une certitude à gauche tandis que de l'autre côté, le Néerlandais Karim Bridji sera en concurrence avec l'international espoir Tim Aelbrecht, qui a déjà disputé d'excellents matches sur l'aile la saison passée. ATTAQUEL'année dernière, le manque d'attaquants a constitué un handicap permanent: Alost ne jouait pas mal mais marquait très peu. Patrick Dimbala était à peu près le seul avant et il demeure une alternative au duo qui a éclos en cours de saison. Björn De Wilde a été repêché du noyau B et a eu une large part dans le maintien, Damir Stojak, arrivé blessé de Naples, n'a pu montrer son sens du but que pendant la préparation. Si Stojak est épargné par les blessures, il devra rapidement prouver qu'il est capable de surclasser les défenses belges. Si De Wilde et Stojak continuent à se blesser, Alost sera trop court dans ce compartiment, comme l'année dernière. CONCLUSIONFaute de concurrents valables pendant la préparation, il est difficile d'évaluer précisément les points forts et les points faibles d'Alost. Les Oignons s'attendent à vivre une saison difficile. Ils seront repoussés dans leur rectangle et devront miser sur le contre. Au moins l'Eendracht a-t-il en son gardien une valeur sûre, derrière une défense convenable. Si Alost parvient à reproduire ses prestations de la saison passée et se maintient, il pourra être très content. La bataille qui se livre en-dehors du terrain, concernant la survie financière du club, pourrait peser lourd sur la sportive. Geert Foutré