L'équipe Astana a formé le bloc le plus solide au Dauphiné Libéré, qui constitue, avec le Tour de Suisse, l'ultime grand test avant le Tour de France. Le leader Alexandre Vinokourov a fait impression dans le contre-la-montre de 40 km aux alentours d'Anneyron mais le lendemain, sur le légendaire Mont Ventoux, sa relative faiblesse en montagne est encore apparue. L'étape menant les coureurs à la Croix de Fer et au Col du Télégraphe, samedi, a souligné cette ...

L'équipe Astana a formé le bloc le plus solide au Dauphiné Libéré, qui constitue, avec le Tour de Suisse, l'ultime grand test avant le Tour de France. Le leader Alexandre Vinokourov a fait impression dans le contre-la-montre de 40 km aux alentours d'Anneyron mais le lendemain, sur le légendaire Mont Ventoux, sa relative faiblesse en montagne est encore apparue. L'étape menant les coureurs à la Croix de Fer et au Col du Télégraphe, samedi, a souligné cette carence. Est-ce un indice en prévision du Tour ? Peut-être mais il est aussi possible que Vinokourov ne se soit pas donné à fond en montagne. Le Kazakh de 33 ans n'en a pas fait mystère : le Dauphiné constitue pour lui une course de préparation au Tour. Après le Ventoux, le maillot jaune est resté chez Astana car Andrey Kashechkin, la copie conforme de Vino, six ans plus jeune, a terminé deuxième du contre-la-montre. Ajoutons-y les victoires d'étape d' Antonio Colom et de Maxim Iglinsky : l'équipe de Walter Godefroot et de Mario Kummer a été, de loin, la plus brillante du Dauphiné. Les Kazakhs ont pourtant dû laisser la victoire à Christophe Moreau. A 36 ans, professionnel depuis 13 ans, le Français semble plus véloce que jamais. Evidemment, le Dauphiné constitue l'objectif annuel du Français, contrairement à beaucoup d'autres, mais le panache avec lequel il a signé sa deuxième victoire, dix ans après la première, est impressionnant. Dans la dernière côte de la deuxième étape, il a rejoint les échappés du jour puis il a pris la tête du groupe. Son rythme effréné a fait craquer plusieurs coureurs et le dernier à s'être accroché à sa roue a dû s'avouer vaincu au sprint. Le lendemain, Moreau a payé le contrecoup de ses efforts dans le contre-la-montre mais il ne l'a pas regretté car 24 heures plus tard, il laissait tous les favoris sur place, au pied du Mont Ventoux. Il s'adjugeait l'étape avec près de deux minutes d'avance sur les autres candidats à la victoire. En résumé, Christophe Moreau, qui avait été au centre de l'affaire Festina au fameux Tour 1998 mais s'en était tiré avec sept mois de suspension pour avoir été un des premiers à avouer, a gagné les maillots vert et jaune au Dauphiné 2007. Enfin, une nouvelle positive pour les Belges : le néo professionnel de 20 ans, Kevin Seeldraeyers (Quick-Step-Innergetic) a affiché pendant une semaine sa combativité et son talent en montagne. Un espoir.