Combien d'entre vous seraient capables de citer le nom de trois clubs ukrainiens ? Pas beaucoup sans doute. Vivant dans l'ombre du Dynamo Kiev (13 championnats d'Ukraine et deux Coupes des Coupes au palmarès) et du Shakhtar Donetsk (6 fois champion et vainqueur de l'Europa League 2009), le club de Kharkiv gagne pourtant à être connu.
...

Combien d'entre vous seraient capables de citer le nom de trois clubs ukrainiens ? Pas beaucoup sans doute. Vivant dans l'ombre du Dynamo Kiev (13 championnats d'Ukraine et deux Coupes des Coupes au palmarès) et du Shakhtar Donetsk (6 fois champion et vainqueur de l'Europa League 2009), le club de Kharkiv gagne pourtant à être connu. Dernier représentant des pays de l'ancien bloc de l'Est encore en lice en Coupe d'Europe, les Zhovto-Soyni (les Jaune et Bleu) rencontrent le Sporting Lisbonne demain au Metalist Stadium dans un quart de finale historique pour la formation du coach Miron Markevich, en place depuis 2005. Battus 2-1 à l'aller, les Ukrainiens conservent toutes leur chances de qualification grâce au but inscrit dans les toutes dernières minutes par le Brésilien Cleiton Xavier à Lisbonne. Il faut dire que le club de l'ex-URSS est coutumier des retournements de situations en fin de match. En huitièmes face à l'Olympiacos, menés 1-0, les Ukrainiens n'en menaient pas large. Pourtant, après avoir raté la conversion d'un penalty et avoir tâté du montant, le Metalist a claqué deux buts en l'espace de 5 minutes via Cristian Villagra et Marko Devic. Juste de quoi poursuivre l'aventure un peu plus longtemps. Equipe la plus prolifique de cette Europa League 2011-2012 avec 26 buts inscrits, le Metalist n'est pas avare en spectacle. Développant un jeu chatoyant, les Ukrainiens ne sont pas du genre à jouer avec le frein à main. Ainsi, au tour préliminaire, les Français de Sochaux se sont ramassés un sévère 0-4 au match retour. En phase de poules, Malmö FF (1-4) et l'Austria Vienne (4-1) ont également goûté au réalisme venu du froid tandis que Salzbourg ne s'est toujours pas remis de la correction infligée en seizièmes (8-1 sur l'ensemble des deux matches). La présence de nombreux joueurs sud-américains n'est certainement pas étrangère à ce football offensif. Avec six Argentins et quatre Brésiliens dans le noyau, le défi technique ne fait pas peur au Metalist dont le jeu est rythmé par l'ancien médian argentin du Bayern Munich, José Ernesto Sosa, véritable chef d'orchestre de l'équipe et déjà auteur de cinq passes décisives sur la scène européenne. Pourtant, si le parcours en EL est une réussite, en championnat, le Dynamo et le Shakhtar restent intouchables. Déjà largement distancé (12 et 9 points de retard), le Metalist Kharkiv ne devrait pas échapper à la troisième place pour la...sixième fois consécutive. L'occasion de nouveaux exploits en Europa League dès la saison prochaine ? PAR JULES MONNIER Meilleure attaque de l'Europa League avec 26 buts, le Metalist n'est pas avare en spectacle.