PHILIPPE HERENG

Je connais Laurent Haulotte depuis une vingtaine d'années et l'époque où je travaillais pour Le Soir. Il y a toujours eu entre nous une volonté réciproque de collaborer. Après mon départ de Belgacom, il m'a lancé un appel du pied. Mais le contexte était compliqué. Je suis finalement retourné sur Be Tv. RTL n'avait pas encore l'Europa League. Cet été, la donne a changé et le nombre de matches a augmenté. On en ...

Je connais Laurent Haulotte depuis une vingtaine d'années et l'époque où je travaillais pour Le Soir. Il y a toujours eu entre nous une volonté réciproque de collaborer. Après mon départ de Belgacom, il m'a lancé un appel du pied. Mais le contexte était compliqué. Je suis finalement retourné sur Be Tv. RTL n'avait pas encore l'Europa League. Cet été, la donne a changé et le nombre de matches a augmenté. On en a rediscuté et nous sommes tombés d'accord. Oui, car j'ai repris un statut d'indépendant. Je peux donc proposer mes services à différents clients. L'important est de ne pas travailler pour des chaînes concurrentes. Ce qui n'est pas le cas ici. L'époque où les rédactions étaient cloisonnées est révolue. Les droits du foot sont nombreux et passent d'une chaîne à l'autre année après année. Ce n'est pas évident pour les journalistes. Soit tu t'adaptes et tu deviens plus flexible, soit tu changes de métier. Cette situation existe déjà dans d'autres pays. Je ne suis pas quelqu'un qui cherche le changement mais, aujourd'hui, je dois m'y faire. Le point positif, c'est l'expérience. Belgacom, VOO/foot, Club RTL : même si on reste dans le domaine du foot, je découvre à chaque fois une autre manière de travailler. Si tu commences à te poser des questions, à te demander si tu n'aurais pas dû agir autrement, tu n'en sors pas. Mes six années à Belgacom ont été magnifiques. A quoi bon ressasser le passé ? Et puis, ce serait un manque de respect vis-à-vis de VOO/foot qui propose également de grosses affiches. J'ai retrouvé des gens avec qui j'avais gardé de bons contacts. Un jour, une porte se ferme. Quand tu fais bien ton travail, tu sais que d'autres vont s'ouvrir. L'organisation. Tout est réglé comme du papier à musique. Ce ne sont pas que des belles affiches. Il y a une grosse mécanique en production. C'est gai. Mais je ne partage pas l'avis de ceux qui disent que le foot belge est de la merde. La qualité est inférieure mais il y a cette proximité très agréable avec les acteurs. Bref, combiner les deux, c'est le pied ! PAR SIMON BARZYCZAK