Vue de Flandre à Studio 1 La tribune, c'est fini ! Mauve de c£ur, David Steegen sera à partir du mois d'août le nouveau porte-parole d'Anderlecht.
...

Vue de Flandre à Studio 1 La tribune, c'est fini ! Mauve de c£ur, David Steegen sera à partir du mois d'août le nouveau porte-parole d'Anderlecht. En quoi consistera votre tâche ? Je serai le premier interlocuteur de la presse. Mais ma fonction dépassera le simple contact avec les journalistes sportifs. Je soutiendrai la cellule commerciale et je serai amené à rédiger des dossiers pour les autorités publiques, à faire jouer mon carnet de contacts... Je ne compte pas donner des cours aux joueurs : je suis un partisan de la communication, pas de la manipulation. Mais si certains sont demandeurs, je les assisterai. Un Slave ou un Néerlandais qui débarque à Anderlecht sera peut-être surpris de l'ampleur médiatique et aura besoin d'être guidé. Je surveillerai aussi les valeurs que le Sporting véhicule et, en temps de crise, je serai le premier rempart. Est-ce la menace d'Herman Van Holsbeeck de démissionner si le club ne revoyait pas sa politique de communication qui a tout précipité ?Non, car nous en parlions depuis plusieurs mois. La nouvelle a filtré dans la presse et j'ai voulu jouer cartes sur tables. Van Holsbeeck n'a pas voulu mettre la pression. Il sait qu'un club de foot doit être géré comme une société. Il y a des sponsors, plus de 20.000 personnes par matches à satisfaire... Tout cela nécessite une organisation qu'il tente de mettre en place. Je commencerai en déchargeant peu à peu Van Holsbeeck et Chris Lioen, le directeur commercial, de leurs tâches de communication. Imaginons que vous soyez confronté à un nouveau cas Frutos : un joueur se plaint du staff médical. Comment réagissez-vous ?C'est difficile car je n'ai pas vécu cet événement de l'intérieur. Mais je veillerai à réinstaurer un dialogue profond entre le joueur et le staff. A Anderlecht, certaines habitudes sont difficiles à changer. Que se passera-t-il si vous n'êtes pas suivi ?Je n'ai pas peur. Anderlecht est un club de dialogue. Le Sporting et moi avons un point commun : une communication fluide et consensuelle. Mes deux principaux interlocuteurs seront Van Holsbeeck et Lioen. Personne ne pourra mieux juger de la faisabilité de mes projets. Qu'adviendra-t-il d'Exqi Sport ?Quitter Alfacam sera très émouvant. J'ai créé un nouveau modèle de télévision à partir de rien. Annoncer cette décision à mon patron a été très difficile. Mais ce n'est pas un choix financier ou de carrière. C'est le c£ur qui a parlé. Je ferai tout pour trouver un remplaçant qui ait les mêmes qualités commerciales et éditoriales que moi.