Depuis des mois, les Pays-Bas étaient las de Marco van Basten. Jusqu'à lundi dernier et le Pays-Bas - Italie, 3-0. Les hordes oranje scandaient "Marco van Basten " alors que huit mois plus tôt, elles voulaient le remballer. Il n'a pas fait montre du moindre esprit de revanche. Le sélectionneur sait que la route est encore longue. Son contrat ne prend fin qu'au terme du tournoi...
...

Depuis des mois, les Pays-Bas étaient las de Marco van Basten. Jusqu'à lundi dernier et le Pays-Bas - Italie, 3-0. Les hordes oranje scandaient "Marco van Basten " alors que huit mois plus tôt, elles voulaient le remballer. Il n'a pas fait montre du moindre esprit de revanche. Le sélectionneur sait que la route est encore longue. Son contrat ne prend fin qu'au terme du tournoi... En matière de résultats, on ne peut rien lui reprocher. Il a succédé à Dick Advocaat après l'EURO 2004, dont les Pays-Bas avaient atteint les demi-finales, comme lors de l'édition précédente. Il les a qualifiés sans peine pour le Mondial allemand. Durant les qualifications, il a pris 32 points sur 36. Nul n'a fait mieux. En Allemagne, les Pays-Bas étaient - déjà - versés dans le groupe de la mort, avec la Serbie, la Côte d'Ivoire et l'Argentine. Après les deux premiers matches, ils étaient qualifiés pour le tour suivant. Le Portugal les a éliminés au terme d'un match très viril. Les qualifications pour l'EURO se sont à nouveau déroulées sans pli, même si la Roumanie s'est emparée de la première place (lors de la dernière journée, assurés de leur qualification, les Pays-Bas ont été battus par la Biélorussie). Total : 26 points sur 36. Les Pays-Bas n'ont pas raté leur début de tournoi non plus. A titre de comparaison, Advocaat a eu recours aux playoffs pour l'EURO portugais, Louis van Gaal n'a pas qualifié son équipe pour le Mondial 2002 et les Pays-Bas de Frank Rijkaard étaient automatiquement qualifiés pour l'EURO 2000. Lors de son engagement, il a promis un football dominant et offensif. Il l'a même fait stipuler noir sur blanc dans son contrat. Il était un héros aux yeux de son peuple : n'avait-il pas offert le sacre européen aux Pays-Bas en 1988, le seul titre d'une équipe qui figure parmi les favorites de chaque tournoi ? Van Basten restait aussi l'icône frappée par le destin, contrainte par une blessure à des adieux prématurés. Il était dénué d'expérience d'entraîneur au plus haut niveau. D'aucuns l'ont rappelé. Mais cela n'était pas grave : Van Gaal ne débordait pas d'expérience non plus quand il avait offert la Ligue des Champions à l'Ajax, pas plus que José Mourinho à Porto. Et Rijkaard, tout aussi vert, avait été brillant à l'EURO 2000. Mais en quatre ans, il n'a pas trouvé de constante : son équipe a livré quelques bons matches mais sans jamais signer de longue série. Parfois, les matches étaient même lamentables. Ses choix offensifs ont été étranges aussi. Johan Cruijff lui a soufflé sa tactique, le 4-3-3, mais les Pays-Bas n'ont pas toujours disposé d'ailiers. Il y a deux ans, Arjen Robben était potentiellement un des meilleurs joueurs du monde mais depuis, il est rarement en forme. Van Persie, qui évoluait à droite au Mondial, a été indisponible aussi. Rafaelvan derVaart a donc parfois joué à droite ou Dirk Kuijt à gauche. Ce n'était pas leur poste de prédilection, Van Basten le savait mais il trouvait idiot de disposer de trois numéros dix (Van Persie, Sneijder, Van der Vaart) et pas d'ailiers. Il a donc donné leur chance aux meilleurs à une place qui n'était pas la leur, en espérant que leur talent suffirait à sauver les meubles. Cela n'a pas plus à tous les Néerlandais, aux yeux desquels l'équipe nationale est une £uvre d'art publique. Quoi qu'il en soit, à la fin des qualifications, l'ambiance était détestable. Plusieurs vedettes avaient fustigé le manque de communication, le jeu était mauvais, le public sifflait l'équipe. Van Basten estime toujours ne pas devoir investir trop de temps en communication, que ce soit avec la presse ou ses joueurs. Il s'est rendu compte qu'il valait mieux se taire que dire des bêtises. Or, il en a proféré quelques-unes. Il a ainsi expliqué pourquoi il ne reprenait pas Edgar Davids pour le Mondial : " Trop vieux... ". Davids n'a pas apprécié. En Allemagne, peu avant le troisième match de poule contre l'Argentine, il a déclaré que Van Nistelrooy apportait trop peu. Mais il ne l'avait jamais dit au joueur qui a exigé des excuses et les a obtenues, avant le match contre le Portugal, devant le groupe. Il a ensuite remis l'intégrité du coach en question dans la presse : " Sa sélection relève du copinage ". Van Nistelrooy n'a plus été appelé pendant un an. La liste des conflits est longue : notamment avec MarkVan Bommel (écarté) et Seedorf (qui a refusé de participer à l'EURO le 12 mai). De plus, Van Basten ne voyage pas assez pour visionner ses internationaux et il ne leur téléphone pas,... surtout quand il ne les sélectionne pas. Il y a quelques semaines, il fallait agir et Van Basten a demandé son avis à une délégation de joueurs qui ont choisi l'actuel et flexible 4-2-3-1. Au risque de froisser Cruijff qui avait toujours encouragé le 4-3-3 ? Après le Mondial 2006, Cruijff a dévoilé que Van Basten lui avait demandé de prendre place à ses côtés pendant le tournoi. C'était maladroit et ça trahissait un manque d'assurance. Van Basten s'est expliqué : " Il ne s'agissait pas de moi mais de l'équipe. Johan est un phénomène. Il avait affirmé être prêt à travailler cinq ou six semaines avec le groupe ". C'est Cruijff qui a insisté pour qu'on engage son poulain en 2004, pour succéder à Advocaat. Cruijff n'a jamais remis le sélectionneur en cause quand les Pays-Bas jouaient mal, mais s'en prenaient aux joueurs comme Van Bommel , finalement écarté, ou Klaas Huntelaar. Finalement, Van Basten s'est aussi fait plus enthousiaste le long de la ligne,... autre objet de reproche. Il a conservé sa confiance en certains joueurs et les critiques ont glissé sur sa carapace de sélectionneur. Il croit surtout en Sneijder. L'ex-Ajacide vient de livrer une bonne première saison au Real et doit devenir le nouveau leader de l'équipe nationale. par peter t'kint