L'ARBITRE ALLEMAND ROBERT HOYZER
...

L'ARBITRE ALLEMAND ROBERT HOYZER A la mi-janvier 2005, alors que le Chinois Zheyun Ye tente d'infiltrer des clubs belges, l'Allemagne commence à nourrir des soupçons de manipulation de matches par Robert Hoyzer, un arbitre de 25 ans dont le nom va désormais être associé pour toujours au scandale. Il apparaît très vite qu'il a arbitré des rencontres afin que leur résultat soit conforme à celui voulu par un cartel croate des paris établi à Berlin et dirigé par trois frères, Ante, Milan et Filip Sapina. Un tribunal berlinois prononce sa sentence en novembre 2005 : Hoyzer est condamné à deux ans et cinq mois de prison, Ante Sapina, le pion majeur, à deux ans et onze mois. Ses frères, un deuxième arbitre et un ancien joueur sont condamnés avec sursis. Les faits se limitent à 23 matches de 2e Bundesliga et de Regionalliga, disputés d'avril à décembre 2004. LE GARDIEN BOSNIAQUE ALMIR TOLJA Début février 2005, quelques semaines après la découverte du scandale, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel bouleverse le football autrichien en deux phrases : " Les frères S. s'intéressaient surtout aux championnats de Grèce et d'Autriche. Là, selon Hoyzer, ils s'occupaient surtout du Casino Bregenz ". Le nom d' Almir Tolja, le gardien bosniaque de Bregenz, est cité. Un des Sapina aurait assisté à quelques matches de Bregenz et été vu au casino en compagnie de Tolja. Sur ces entrefaites, cinq joueurs de Bregenz jurent sous serment n'être en rien liés au scandale allemand. Il s'agit de Tolja, de son compatriote Asmir Ikanovic, des Slovènes Dejan Grabic et Sasa Jakomin et du Croate Vladimir Vuk. Roland Kornexel, l'adjoint de Regi Van Acker, vient de succéder à celui-ci. Il défend son portier : " Je ne peux m'imaginer ça. Je pars du principe qu'il est innocent. On peut toujours commettre des erreurs. Il est même possible qu'un seul homme commette deux bourdes au cours d'un même match ". Il fait allusion à la défaite 3-2 contre Kärnten (voir l'article principal), un revers qualifié de douteux par Gunther Schepens. Tolja est fautif sur deux buts. En mars 2006, le Ministère public a finalement décidé d'interrompre la procédure lancée contre Tolja, faute de preuves. Tolja admet connaître Filip Sapina mais réfute toute implication dans le scandale des paris. Une perquisition et l'inspection de ses comptes ne livrent aucune preuve. LE COACH BELGE REGI VAN ACKERL'entraîneur actif à l'Antwerp vient de démissionner de Bregenz quand le scandale éclate en Allemagne et éclabousse l'Autriche : " Mon départ n'est pas lié à cette affaire. Je suis parti parce que le président n'avait pas effectué certains paiements. Je n'étais pas à la maison depuis une semaine qu'on me téléphonait : -Es-tu au courant ? Mais je n'ai aucune preuve. Il s'agit de fautes. On n'établit des liens qu'après coup, quand l'affaire a éclaté en Allemagne et a fait boule de neige. J'étais déjà parti. Nous nous étions qualifiés pour l'Europe mais la saison suivante a commencé dans le plus pur chaos. Il n'est resté que deux ou trois footballeurs de cette équipe. Quand vous affrontez le Rapid et l'Austria dans pareilles conditions, vous le payez. Nous pensions que notre situation était due à ce chaos mais en fait, d'autres affaires auraient pu jouer un rôle. Je ne vais accuser personne mais j'ai été très surpris que Tolja ait été transféré en Iran. Ce n'est pas logique ". L'EXPERT BELGE DES PARIS KARL DHONT " Tout le monde était au courant du scandale Panionios-Tbilissi ", dit Karl Dhont. " Le milieu des bookmakers et la moitié du monde du football. Normalement, un bookmaker ne reçoit pas de mises sur un tel match. Cette fois-là bien. Il figurait même sur les forums de paris, bien en évidence. Il n'est pas évident de camoufler ça. Tous ne sont pas aussi professionnels que les frères Sapina. Des demi-imbéciles se glissent parmi les grands criminels. On peut en apprendre beaucoup à Chypre et en Albanie. En fin de saison, l'Europe est en proie à de nombreuses fraudes sportives. Je visite beaucoup de forums où on retrouve des Albanais et des Cypriotes. Ils sont bavards et leurs informations sont généralement très bonnes ". D'après Dhont, la raison de l'implication de l'Autriche est claire : " Peut-être via les Yougoslaves qui sont en rapport avec les sites de paris asiatiques. Je ne serais pas surpris qu'il y ait un lien entre les cartels chinois et la clique Sapina. Dans un tel cas - ce qui ne s'est jamais produit en Belgique -, les cours se crashent en Asie et en Europe. Or, les sociétés européennes de paris en ligne et les grands sites asiatiques ont tous chuté en même temps. En Belgique, le marché asiatique a été le premier à chuter, suivi des bookmakers européens comme Betfair. Les deux cartels se connaissent ou des joueurs corrompus travaillaient pour les deux parties. Je penche plutôt pour ce scénario ".JAN HAUSPIE