Le tour final de D2 a débuté d'une drôle de manière. Les deux favoris, ou considérés comme tels, ont connu la désillusion à domicile. Si Mons, dominateur mais se heurtant à un gardien waeslandien BartClepkens en état de grâce, a réussi à sauver un point grâce à un penalty converti par TimMatthys à cinq minutes de la fin, Eupen a bu la tasse dans son Kehrweg face à une équipe de Lommel que l'on disait démobilisée et de surcroît, privée de son buteur néerlandais ...

Le tour final de D2 a débuté d'une drôle de manière. Les deux favoris, ou considérés comme tels, ont connu la désillusion à domicile. Si Mons, dominateur mais se heurtant à un gardien waeslandien BartClepkens en état de grâce, a réussi à sauver un point grâce à un penalty converti par TimMatthys à cinq minutes de la fin, Eupen a bu la tasse dans son Kehrweg face à une équipe de Lommel que l'on disait démobilisée et de surcroît, privée de son buteur néerlandais JeroenKetting, blessé. Mais avec le jeune (18 ans) et virevoltant AlessandroCerigioni qui s'amusait à plonger dans le dos des défenseurs germanophones, Eupen n'a pas gagné au change. Encore heureux pour les Pandas qu'il ait perdu la plupart de ses face-à-face avec OlivierWerner. DannyOst en est resté bouche bée. " Je ne m'explique pas ce off-day. Je n'ai rien retrouvé de cette mentalité qui nous avait permis de retourner, à deux reprises, une situation compromise contre Charleroi dans les PO3. On n'avait pas de jambes. Pourquoi ? Peut-être parce qu'on n'avait plus joué depuis 15 jours. Je comprends mieux, aujourd'hui, la situation dans laquelle s'est trouvé Roulers l'an passé après avoir dû patienter pendant six semaines avant d'entamer le tour final. Peut-être aussi parce qu'on a dû jouer le dimanche après-midi. Or, en D1, on joue toujours le soir. C'est sans doute futile, mais cela peut avoir une influence sur les organismes. Personne n'était dans le rythme. " On fera tout de même une exception pour PabloChavarria, qui s'est démené, a marqué et a tiré sur le poteau. Mais Ost a - fait rare dans le chef d'un entraîneur - pointé du doigt DanielPanizzolo, qu'il a cité nommément comme étant " à côté de ses pompes ". Et cela a eu des conséquences : Ost a sorti le défenseur central suisse à la 38e minute, a voulu confier ce rôle à AbderrazakJadid qui n'a pas apprécié et l'a fait savoir. Il est resté au vestiaire au repos, remplacé par NicolasDesenclos... qui fut exclu 20 minutes plus tard pour avoir arrêté un attaquant limbourgeois filant seul au but. A dix, obligé de courir derrière le score en s'exposant aux contre-attaques adverses, Eupen a compris que la messe était dite. " Dans le vestiaire, après le match, chacun a pu vider son sac ", révèle Ost. " Sereinement, mais en disant ce qu'il avait sur le c£ur. J'attends une réaction à Waasland. La saison dernière, on avait aussi commencé par une défaite, mais je ne suis superstitieux que lorsque cela m'arrange. "DANIEL DEVOS" Je n'ai rien retrouvé de notre mentalité " (Danny Ost)