Que faites-vous en dehors du football?

Yves Feys (34 ans): Mon frère et moi dirigeons une entreprise de construction, fondée par notre père. Nous l'avons reprise. En dehors du football, donc, je m'occupe surtout de l'aspect administratif de la société et il me reste fort peu de temps à consacrer à des hobbies pendant la saison de football. En revanche, quand nous ne jouons pas, j'essaie de rouler à vélo chaque semaine.
...

Yves Feys (34 ans): Mon frère et moi dirigeons une entreprise de construction, fondée par notre père. Nous l'avons reprise. En dehors du football, donc, je m'occupe surtout de l'aspect administratif de la société et il me reste fort peu de temps à consacrer à des hobbies pendant la saison de football. En revanche, quand nous ne jouons pas, j'essaie de rouler à vélo chaque semaine. Etes-vous matérialiste?Pour certaines choses, oui. Ainsi, je ne pourrais pas me passer d'une belle voiture. éa a peut-être l'air idiot, mais dans mon travail, j'aime aussi employer un beau stylo. Sinon, peu de choses doivent être le nec plus ultra. Par exemple, tout ce que je demande à la télévision et à la radio, c'est de fonctionner. Si vous ne pouviez emporter qu'un seul objet sur une île déserte, ce serait?...Ma femme! Et si ça doit vraiment être un objet... Rien, je pense. Je passerais le temps en nageant ou en pratiquant un autre sport. Je n'ai aucune envie de participer à un programme du style le Loft organisé sur une île où les concurrents doivent vivre et survivre ensemble. Je suis trop franc et je me disputerais vite avec les autres participants. Qui aimeriez-vous rencontrer un jour?Je n'y ai jamais réfléchi. Je n'ai pas envie de rencontrer une personne bien déterminée. J'éprouve beaucoup de respect pour le cycliste Johan Museeuw. Il a traversé beaucoup d'épreuves et a tant gagné. Je suis un de ses grands supporters. Je le connais de vue, sans plus. En politique, j'admire Verhofstadt. Il a une forte personnalité.Surfez-vous beaucoup sur internet?Pour les besoins de mon travail, sans plus. Les séances de chat et les jeux ne m'intéressent absolument pas.Quelle est votre destination de vacances favorite?L'Espagne. Nous sommes aussi allés en Turquie et en Grèce mais j'ai un faible pour l'Espagne. Le temps y est toujours beau, ce n'est ni trop loin ni trop cher. Quand nous optons pour l'Espagne, nous nous y rendons en voiture. éa donne un piment aux vacances... Conduire soi-même, s'arrêter de temps en temps pour manger un bout et se détendreQuelles sont les principales qualités de Yannick?Elle a beaucoup de qualités, en fait! (Il rit). Elle est très sociable et s'adapte facilement. Ce que je trouve important, c'est qu'elle assume ses responsabilités, à la maison et au travail. Elle se place elle-même en retrait, ce qui est très positif pour ceux qui partagent sa vie. Et ses moins bons côtés?Elle n'aime pas qu'on lui tape sur les doigts. Elle conserve tout sous contrôle et a des problèmes quand d'autres lui donnent des leçons. Pour vous donner un exemple, je n'ai pas intérêt à dire, en rentrant à la maison: Yannick, il y a trop de poussière sur l'armoire. (Il rit). Heureusement, je n'ai jamais besoin de le dire... Eté ou hiver?Les deux saisons ont leurs charmes mais je préfère l'été, pour le soleil et aussi parce que les journées sont plus longues. Le soleil se lève tôt et se couche tard. Le soir, on peut rester dehors. Ce que j'aime en hiver, c'est la chaleur d'un feu ouvert, la convivialité.Qui a organisé votre premier rendez-vous?Yannick Simoens (33 ans): Le hasard. Je connaissais Yves car j'avais été l'amie d'un de ses coéquipiers. Quand notre relation a pris fin, j'ai invité Yves et un ami à prendre un verre mais seul Yves s'est présenté au rendez-vous. L'initiative est peut-être venue de moi mais Yves était déjà amoureux. Avez-vous une occupation professionnelle?J'ai une boutique de chaussures pour enfants et adolescents à Zedelgem, depuis trois ans. Auparavant, j'ai travaillé pendant neuf ans chez un photographe, ce que j'appréciais beaucoup, mais je rêvais d'avoir ma propre affaire. J'ai saisi ma chance quand elle s'est présentée et je n'ai jamais regretté mon choix un seul instant.Etes-vous sportive?Oui. Je fais du spinning, c'est du vélo en musique. J'essaie d'y aller deux fois par semaine et, en été, je vais courir. J'ai également fait du step-aérobic et du fitness mais je préfère le spinning. Je peux m'y donner à fond.Quels sont vos petits plaisirs?Passer une soirée tranquille à la maison ou aller au restaurant. Nous avons une vie très chargée et un moment de calme est le bienvenu.Quelle est la principale qualité d'Yves?C'est un battant. Il est incroyablement motivé dans tout ce qu'il fait, qu'il s'agisse de son travail ou du football. C'est positif à mes yeux car je ne pourrais pas vivre avec quelqu'un qui travaille de huit à quatre et qui s'installe ensuite dans son fauteuil. Yves essaie aussi de faire de son mieux pour tout le monde. Malgré son agenda, il parvient à libérer du temps pour les enfants et moi.Et son gros défaut?(Elle rit). Il peut difficilement prendre congé. Même quand il ne doit pas jouer, il est rarement à la maison. C'est dans le sang: travailler, travailler et encore travailler. Est-il attentif à son apparence?Un peu, oui. Je ne dirais pas qu'il passe une heure tous les jours devant le miroir mais il ne partira pas sans s'être mis du gel dans les cheveux (elle rit). Quel genre de père est Yves?Avec les années, il passe davantage de temps avec les enfants. C'est un bon père! Sarah (12 ans) et Lisa (neuf ans) ne voient peut-être pas leur papa aussi souvent que les autres mais l'amour qui les unit n'en est pas moins grand. Nous formons une famille très soudée.Si vous pouviez changer quelque chose à votre apparence, que serait-ce?J'aimerais être plus grande qu'un 1,67 mètre et avoir de longues jambes. Et chez Yves?Rien. Il me plaît tel qu'il est!Avez-vous un acteur préféré.Nicholas Cage. Il n'est certainement pas le plus beau mais il possède beaucoup de charme. C'est un bon acteur et je l'ai fortement apprécié dans La Mandoline du Capitaine Correli, un film sorti durant l'été 2001. L'action se passait en 1941 en Grèce. Les troupes italiennes occupaient l'île de Céphalonie et le capitaine Corelli en fait partie. Mélomane, chanteur et très bon mandoliniste, cet homme au grand coeur tombe amoureux de la belle Pelagia dont le rôle était interprété par Penelope Cruz. C'était une belle histoire d'amour. Ilse Pelman