Avec cinq succès dans six crosses, Zdenek Stybar a pris un départ aussi brillant que Niels Albert la saison passée. Si la comparaison se poursuit, le Tchèque va maintenant traverser un passage à vide. Le cross de Koppenberg semble en constituer un avant-goût. Cependant, Erwin Vervecken, triple champion du monde, ne croit pas que l'histoire se répète. " Niels et Zdenek sont très différents. Stybar a beaucoup plus de puissance que le frêle Albert. En plus, il a souvent fait la différence en fin de...

Avec cinq succès dans six crosses, Zdenek Stybar a pris un départ aussi brillant que Niels Albert la saison passée. Si la comparaison se poursuit, le Tchèque va maintenant traverser un passage à vide. Le cross de Koppenberg semble en constituer un avant-goût. Cependant, Erwin Vervecken, triple champion du monde, ne croit pas que l'histoire se répète. " Niels et Zdenek sont très différents. Stybar a beaucoup plus de puissance que le frêle Albert. En plus, il a souvent fait la différence en fin de course alors que l'année dernière, Albert se détachait généralement au deuxième tour et gaspillait ses forces en roulant seul en tête. " Au Koppenberg, Sven Nys a mis deux minutes dans la vue du Tchèque avant de réaliser une démonstration le dimanche sur un parcours identique, au cross national de Renaix. Vervecken reste malgré tout persuadé que Stybar est l'homme à battre : " Il est en bonne voie pour s'adjuger la Coupe du Monde, le Trophée Gazet van Antwerp et le Superprestige. Au Koppenberg, on a vite réalisé qu'il était dans un mauvais jour mais il a quand même terminé quatrième. C'est en limitant les dégâts dans les moments difficiles qu'on remporte un classement. " La saison ne risque-t-elle pas d'être monotone ? " Non, ces prochaines semaines, je m'attends à une belle bagarre entre les trois grands ", tempère Vervecken. " Nys va être plus présent dans toutes les épreuves. En octobre, il a subi le contrecoup de sa lourde campagne de VTT. A 34 ans, il faut aussi plus de temps pour retrouver la forme. En plus, les terrains deviennent lourds, ce qui lui convient. "Ainsi, le Koppenberg, couvert à une moyenne d'à peine 19 km/h, n'avait rien à voir avec les sprints d'octobre, roulés à plus de 27 km/h. " Dans ces épreuves de F1, il faut constamment se faufiler pour défendre sa position. Or, cela n'est plus le truc de Nys. Son style de course était moins agressif que les saisons précédentes, il me donnait même l'impression d'être... détendu. Il avait du mal à suivre les changements de rythme, ce qui n'était pas le cas dans le passé. C'est partiellement mental, même s'il a fait le plein de confiance au Koppenberg. "Niels Albert va encore gagner, selon Vervecken. " Comme Stybar, Niels aime les parcours rapides. Il a eu la malchance d'être blessé au moment de ses courses de prédilection. Je ne m'attends pas à ce qu'il connaisse d'emblée une période aussi faste que la saison passée, quand il gagnait tout. Il doit croiser les doigts pour que les parcours soient bien gelés pendant les fêtes, sans toutefois être verglacés et donc trop techniques. S'il a les mêmes jambes qu'au Koppenberg, il s'adjugera l'un ou l'autre cross rapide. Des épreuves comme celles de Hasselt et de Gieten lui conviennent très bien, par exemple. "BENEDICT VANCLOOSTER