Peu de supporters belges ont été témoins de la joie et de l'immense soulagement de Zdenek Stybar quand il a été sacré champion de Tchéquie, le 29 juin à Slavkov, au terme d'un solo impressionnant. " C'était sa première victoire depuis son titre de champion du monde de cyclocross fin janvier. Pour un vainqueur-né, c'était très long ", explique son entraîneur Peter Hespel. " Il a atteint un niveau très élevé au printemps, terminant notamment septième de Milan-Sanremo et cinquième de Paris-Roubaix, mais son énorme travail à l'entraînement n'a pas pu être récompensé par une victoire d'éclat, à cause de pannes ou de la tactique de l'équipe. A...

Peu de supporters belges ont été témoins de la joie et de l'immense soulagement de Zdenek Stybar quand il a été sacré champion de Tchéquie, le 29 juin à Slavkov, au terme d'un solo impressionnant. " C'était sa première victoire depuis son titre de champion du monde de cyclocross fin janvier. Pour un vainqueur-né, c'était très long ", explique son entraîneur Peter Hespel. " Il a atteint un niveau très élevé au printemps, terminant notamment septième de Milan-Sanremo et cinquième de Paris-Roubaix, mais son énorme travail à l'entraînement n'a pas pu être récompensé par une victoire d'éclat, à cause de pannes ou de la tactique de l'équipe. A Slavkov, il a enfin fait bingo. Ça lui a fait un bien fou. " Le coureur Omega Pharma-Quick-Step s'est octroyé une longue période de repos et d'entraînement après l'Amstel Gold Race. Jusqu'au championnat de Tchéquie, il n'a roulé que le Dauphiné, terminant troisième de la sixième étape derrière Jan Bakelants et Lieuwe Westra. Début juillet, le champion du monde a effectué un stage en altitude à Livigno, en Italie, en compagnie de quelques coéquipiers. La semaine dernière, Stybar s'est placé au service de Gianni Meersman, vainqueur du Tour de Wallonie, en guise de préparation à la Clasica San Sebastian. " Zdenek détient la forme idéale pour ses gros objectifs des prochaines semaines : l'Eneco Tour, la Vuelta et le Mondial ", précise Hespel. Stybar défend son titre à l'EnecoTour, qui débute lundi prochain. En l'absence de Tony Martin, OPQS roulera à son service, comme l'a confirmé le directeur d'équipe Wilfried Peeters. Hespel : " Le parcours varié, avec une étape qui arrive au Mur de Grammont le vendredi, une autre, le lendemain, à La Redoute, et enfin une mini Amstel en guise de finale, convient parfaitement à Zdenek. Le contre-la-montre du mercredi constitue le seul inconvénient car il n'a pas pu travailler cet aspect à cause de la lourdeur de son agenda hivernal. Il va perdre du temps sur un spécialiste tel que Tom Dumoulin, son dauphin l'année dernière, mais il peut limiter les dégâts, dans la mesure où le tracé ne fait que neuf kilomètres. Toutefois, il devra quand même rattraper les secondes perdues quelque part. Ce n'est pas évident contre Dumoulin, qui a prouvé qu'il était en forme en terminant deuxième du contre-la-montre du Tour, derrière Tony Martin. " Après l'EnecoTour, Stybar part seul en stage à Majorque. " Surtout pour effectuer quelques entraînements d'endurance afin de retrouver son rythme en montée et pour se réhabituer à la chaleur en prévision de la Vuelta ", explique Hespel. " En Espagne, Zdenek visera une victoire d'étape. Il en aura certainement l'occasion sur ce tracé toujours corsé. " Ponferrada, le théâtre du Mondial, constitue son principal objectif. Le Tchèque est taillé à la mesure de ce parcours, idéal pour les puncheurs dotés d'un bon finish car les deux ascensions du circuit ont beau ne pas être très ardues, elles suffisent à éliminer les sprinters. " Zdenek sera le leader de l'équipe tchèque. Il le mérite car il a l'art de se préparer pour un grand rendez-vous, comme il l'a déjà prouvé en cyclocross. Zdenek adore les maillots ! Comme l'arc-en-ciel fait encore défaut à sa collection... " PAR JONAS CRÉTEUR