Sven Vermant a fait match nul 1-1 avec Schalke 04 à Stuttgart, cette saison. Il y a quatre ans, il était des Brugeois qui ont éliminé les Souabes en Coupe d'Europe. "L'équipe actuelle est moins expérimentée. Elle n'est pas régulière. Même s'il a 36 ans, Balakov reste la plaque tournante de l'équipe. Il est extrêmement dangereux. Il faut éviter les coups francs aux alentours du rectangle, de même que les ha...

Sven Vermant a fait match nul 1-1 avec Schalke 04 à Stuttgart, cette saison. Il y a quatre ans, il était des Brugeois qui ont éliminé les Souabes en Coupe d'Europe. "L'équipe actuelle est moins expérimentée. Elle n'est pas régulière. Même s'il a 36 ans, Balakov reste la plaque tournante de l'équipe. Il est extrêmement dangereux. Il faut éviter les coups francs aux alentours du rectangle, de même que les hauts ballons dans l'axe car il y a trois défenseurs de plus de 1,90 mètre: Borbon, Meira et Soldo, le capitaine, qui n'a pas peur des duels et a aussi un excellent jeu de position. Il faut procéder par les flancs, en combinant, car ceux-ci sont occupés par des jeunes, plus exposés à l'erreur. Le jeune Russe Hleb, qui évolue généralement à droite, est un de leurs plus grands talents. Il est rapide, mobile, fin dribbleur, et se pointe régulièrement devant le but. Le VfB est capable de marquer à tout moment car il est bien organisé, rapide et opportuniste. Kuranyi, un jeune avant, est raffiné et toujours bien placé. Sur le banc, l'international roumain Ganea est une doublure de luxe, à tenir à l'oeil quand il monte au jeu. Stuttgart n'est pas d'un naturel offensif, même à domicile. Il peine à faire le jeu mais il est un adversaire embêtant: il ne laisse pas d'espace au milieu. De toute façon, il faut être réaliste, contre les formations allemandes. Il est important de préserver ses filets". Comme Stuttgart, le Werder Brême et Munich 1860 ont rejoint le top cinq, l'air de rien. Le club munichois doit son regain de forme à Peter Pacult, un ancien élève d' Ernst Happel. Bon vivant en dehors du terrain, il prône une discipline de fer dès qu'il foule la pelouse: "Je ne suis pas l'homme des grands discours. Je préfère des mots brefs, qui portent. Ceci dit, je ne me berce pas d'illusions. Nous n'allons pas devancer le Bayern. Je veux assurer le maintien avant de revoir, éventuellement, mes ambitions à la hausse". 1860 compte beaucoup sur son gardien, Jentzsch, qui a déjà arrêté cinq penalties, trois autres ayant été déviés, sur Davor Suker et Benjamin Lauth, un jeune talent. (C. Vandenabeele et F. Vanheule)