Le Cercle Bruges réalise une saison dramatique, alors même que son discours ambitieux avait suscité des attentes élevées : avec de meilleurs joueurs et une meilleure équipe, il allait se poster dans la colonne de gauche, tout en développant un football offensif. C'était la saison de vérité pour le projet AS Monaco-Cercle Bruges et les deux parties allaient tirer profit de leur collaboration. Elles ont vite déchanté.
...

Le Cercle Bruges réalise une saison dramatique, alors même que son discours ambitieux avait suscité des attentes élevées : avec de meilleurs joueurs et une meilleure équipe, il allait se poster dans la colonne de gauche, tout en développant un football offensif. C'était la saison de vérité pour le projet AS Monaco-Cercle Bruges et les deux parties allaient tirer profit de leur collaboration. Elles ont vite déchanté. Avec un noyau presque entièrement renouvelé qui a pris forme trop tard, le Cercle a été éliminé de la Coupe en septembre, sur son propre terrain et par un club amateur : la RUS Rebecquoise. En championnat, cette jeune équipe dépourvue d'expérience s'est plus rapprochée d'une équipe espoir améliorée que d'une formation de D1A. Le 7 octobre, après un 3 sur 30 et donc une seule victoire en dix journées (1-0 contre Waasland-Beveren), le nouvel entraîneur, Fabien Mercadal, a été limogé et remplacé par Bernd Storck, le chevronné Allemand qui a sauvé l'Excel Mouscron d'une manière impressionnante la saison passée. Il a obtenu les pleins pouvoirs et a amené deux adjoints, dont son fils, ce qui a entraîné le départ du directeur sportif François Vitali et de cinq autres membres du staff technique. Storck est arrivé à Bruges avec une vision radicalement différente, un plan clair et un discours positif. Il a dégagé passion et assurance et a changé tout ce qui pouvait l'être. Sous sa direction, le Cercle a joué avec plus d'âme, il a été plus menaçant et plus résistant, mais sans que ça lui rapporte encore beaucoup de points. Il n'en a gagné que 8 sur 33. Après avoir tout essayé, Storck est arrivé à la même conclusion que son prédécesseur : trop peu de qualité, trop peu de joueurs chevronnés qui apportent une plus-value réelle. Le Cercle a la pire défense (45 buts encaissés) et n'a inscrit que 18 buts en 21 matches. Il a achevé l'année en dernière position, avec six unités de retard sur Waasland-Beveren, sept sur Ostende et huit sur Eupen. Il ne fait aucun doute que l'AS Monaco va renforcer l'équipe dans chaque ligne, comme elle l'a déjà fait en finançant l'embauche de l'international slovène Dino Hotic du NK Maribor, mais il n'empêche : le programme est ardu avec des matches contre des candidats aux PO1 comme l'Antwerp, La Gantoise, le Club Bruges, Anderlecht et Malines. Toutefois, le Cercle dispute six de ses neuf derniers matches au Jan Breydel. Encore faudra-t-il qu'il se montre efficace à domicile s'il veut rester en D1A. Parmi tous les nouveaux jeunes joueurs, c'est Jonathan Panzo (19 ans), un international junior anglais, arrière gaucher et espoir de l'AS Monaco, qui se distingue le plus. Toutefois, c'est le médian axial Stef Peeters (27 ans), auteur de cinq buts et meilleur réalisateur du Cercle, qui est le meilleur homme. Idriss Saadi (27 ans) était censé être une certitude en attaque, grâce à son expérience, mais il a déçu. Inactif la saison passée suite à une nouvelle opération au genou, le joueur loué par le RC Strasbourg n'a pas apporté grand-chose et Bernd Storck l'a classé. Présentée comme une équipe joueuse, avec de jeunes talents amateurs de ballon, le Cercle oublie-t-il parfois de se préparer à la perte du ballon ? Personne n'a encaissé plus de buts que les Vert et Noir en contre-attaque (dix). Loin d'être uniquement un paradis pour les techniciens, la Pro League est également un champ de bataille, au sol ou dans les airs. Ce dernier domaine fait souffrir le Cercle, qui gagne seulement 41% de ses duels aériens. Tout ça doit être une question de génétique. Sinon, comment expliquer que Kylian Hazard, petit frère célèbre, soit le joueur qui a tenté le plus de dribbles depuis le début de saison, avec 160 essais d'exploit individuel ?