Il y a quelque temps, on vous a signifié que vous pouviez partir.

Stijn Vreven : Le club m'a expliqué qu'il lui serait difficile de satisfaire à ses devoirs financiers. Il n'a pu m'offrir de garanties quant à l'avenir. Dans ces conditions, la discussion est brève.
...

Stijn Vreven : Le club m'a expliqué qu'il lui serait difficile de satisfaire à ses devoirs financiers. Il n'a pu m'offrir de garanties quant à l'avenir. Dans ces conditions, la discussion est brève. Vous doit-on encore votre prime à la signature?Oui mais j'ignore si je vais en toucher ne serait-ce qu'une partie. Le club ne sait pas s'il en est capable. En échange, pour la première fois depuis mon arrivée, il se dit prêt à discuter de mon transfert avec un autre club. La situation extrasportive est-elle si dramatique?Disons plutôt qu'elle est problématique. Pour l'instant, ce sont les performances sportives de l'équipe qui maintiennent le club la tête hors de l'eau. Nous nous sommes qualifiés pour les demi-finales de la Coupe et restons en lice pour l'Europe. Sinon, il n'y a guère d'aspects positifs. Le club a une dette de 20 millions d'euros. Il doit vendre des joueurs. Six sont en fin de contrat et vont partir. Dirk Kuyt, notre meilleur buteur, rejoint Feyenoord, pour une somme dérisoire. Y a-t-il eu des moments pénibles?Pas encore, grâce à nos prestations sportives. Jusqu'à présent, on nous a versé nos salaires et primes à heure et à temps. Cependant, le club est en retard dans les versements pour la pension et l'ONSS. L'ambiance au sein du groupe demeure bonne car chacun a intérêt à se distinguer. On a déjà prononcé le mot faillite à plusieurs reprises, ces dernières semaines.Nous n'avons pas le choix: nous devons nous serrer les coudes et poursuivre sur notre lancée. Je suis peut-être le héros de la légion mais cette gloire est très relative. Quand ça va mal, c'est aussi vers moi qu'on se retourne en premier. Une chose est certaine: je veux laisser un bon souvenir ici. Même les pires critiques qui sévissent aux Pays-Bas ont effectué un virage à 180 degrés au sujet du footballeur Vreven.Les joueurs du FC Utrecht sont pourtant bien cotés?Oui mais le bon vieux temps est révolu. Les clubs pensent à s'assainir avant de transférer des joueurs. Tant que rien n'est couché sur papier, rêver d'un grand club n'a aucun sens. J'ai déjà été confronté trop souvent à des rumeurs.Style Portsmouth et Kaiserslautern ?Qui sait? Ils me suivent très régulièrement, sans m'avoir encore approché de manière concrète. Il y a une fameuse différence entre le scouting et la négociation. J'aimerais découvrir un autre championnat mais je dépends des événements. Le FC Utrecht et moi avons convenu d'une date butoir pour mon départ. (F. Vanheule)