" J'aime l'aventure ", déclare Steve De Ridder (27 ans). Le Flandrien a mis sa philosophie en pratique. Après cinq ans à De Graafschap, trois ans à Southampton et une saison à Utrecht, il a planté sa tente à Copenhague. " J'ai vécu à l'hôtel le premier mois, avant d'acheter un appartement à un quart d'heure en voiture du centre. Bientôt, ma copine et le chien vont me rejoindre. Je m'en réjouis car Copenhague est une ville très agréable, d'après ce qu'on m'en a dit et ça a joué un rôle dan...

" J'aime l'aventure ", déclare Steve De Ridder (27 ans). Le Flandrien a mis sa philosophie en pratique. Après cinq ans à De Graafschap, trois ans à Southampton et une saison à Utrecht, il a planté sa tente à Copenhague. " J'ai vécu à l'hôtel le premier mois, avant d'acheter un appartement à un quart d'heure en voiture du centre. Bientôt, ma copine et le chien vont me rejoindre. Je m'en réjouis car Copenhague est une ville très agréable, d'après ce qu'on m'en a dit et ça a joué un rôle dans ma décision ", reconnaît-il. Après un parcours irrégulier à Southampton, avec lequel il a tâté de la PremierLeague, le médian offensif s'est retrouvé au FC Utrecht la saison passée. Avec six buts et sept assists, il est devenu le préféré du public et... une cible de transfert. Il a flirté avec quelques clubs belges. " Mais Utrecht avait placé la barre trop haut financièrement. " Copenhague a versé la somme requise : environ deux millions, d'après la presse néerlandaise. De Ridder n'a pas hésité : " Copenhague est un grand club au Danemark. Il a été champion à quatre reprises ces six dernières années et il a obtenu de bons résultats sur la scène européenne, comme durant la campagne 2010, marquée par des matches nuls contre Barcelone, notamment, ce qui lui a permis de passer l'hiver en Ligue des Champions. C'est quand même impressionnant. " Depuis la saison passée, Copenhague a retrouvé l'entraîneur de cette fameuse saison, Stale Solbakken, revenu au port après des passages moins réussis en Allemagne et en Angleterre. On attend donc beaucoup du FC Copenhague cette saison. " L'équipe est bien équilibrée. Elle comporte des jeunes mais aussi des éléments chevronnés. L'entraîneur est impressionnant. Il est très attentif. Il procède en 4-4-2, un système au sein duquel je joue en décrochage. J'ai été titularisé dès le premier match de championnat contre Silkeborg et je suis donc en confiance. " Copenhague veut également jouer un rôle significatif en Europe. Il affronte les Ukrainiens de Dniepr Dniepropetrovsk au troisième tour de qualification pour la phase par poules de la Ligue des Champions. A l'aller, le match s'était soldé par un nul vierge. " Nous avons donc toutes nos chances au retour, même si Dniepr est une formation solide, qui a battu le PSV à deux reprises la saison passée. " Le match retour a lieu au Parkenstadion. " Il peut accueillir 42.000 personnes. C'est bien la preuve que Copenhague est un grand club. " PAR MATTHIAS STOCKMANS