Benja, t'as fait un gros match contre l'AZ Alkmaar et t'étais un des seuls contre Roulers à être bien. Comment c'est possible ?

Benjamin Nicaise : Ecoute Steph, moi, je dois faire un 7 sur 10 à chaque match pour pouvoir espérer jouer la rencontre suivante. Et je fais tout pour être au maximum. Quand t'as la chance de jouer la Ligue des Champions, tu joues pour toi. C'est ce que j'ai fait et j'y ai été à fond ! Pour le reste, je t'assure qu'actuellement, il n'y a pas de boycott Bölöni. En tout cas, pas pour moi...
...

Benjamin Nicaise : Ecoute Steph, moi, je dois faire un 7 sur 10 à chaque match pour pouvoir espérer jouer la rencontre suivante. Et je fais tout pour être au maximum. Quand t'as la chance de jouer la Ligue des Champions, tu joues pour toi. C'est ce que j'ai fait et j'y ai été à fond ! Pour le reste, je t'assure qu'actuellement, il n'y a pas de boycott Bölöni. En tout cas, pas pour moi... Tu le sais : je n'accepte pas d'être sur le banc. C'est le choix de l'entraîneur, OK ! Mais c'est blessant. J'ai l'impression qu'au Standard, on use de toutes les possibilités du noyau pour ne pas me faire jouer. Je n'ai vraiment aucun crédit dans ce club. Mais contre l'AZ, j'ai remis l'église au milieu du village. Non, pas du tout. Je veux juste avoir ma chance. Si le Standard me prolonge de cinq ans aux mêmes conditions et avec une possibilité de reconversion, je vais jouer en D2 les yeux fermés. Pour ça, il faudrait un miracle... S'ils sont premiers, c'est que ce sont eux les meilleurs. Ce n'est pas mon rôle de parler de cela. C'est mon supérieur et je ne suis pas président. C'est à vous de constater car c'est vous les spécialistes ! Cette situation ne peut plus durer. Il nous faut la mentalité d'une équipe qui joue le maintien. Je te parle de mentalité, pas d'ambition ! Moi, je sais ce que c'est jouer le maintien. Il faut se battre comme si on jouait sa vie. Ce n'est pas le cas actuellement. Je ne critique pas mes coéquipiers, mais il y en a quelques-uns qui sont suffisants. Ça ne va plus ! Mon but n'est pas d'allumer. Je vois mes potes chaque jour dans le vestiaire. Ils sont à trois mètres de moi. Si j'ai envie de leur dire quelque chose, je leur dirai. A ton avis, Steph ? Avec Wilfried, évidemment. N'empêche que ça peut être drôle avec Momo. Il a ses convictions et je les respecte. On a souvent essayé de nous opposer. Les gens ont toujours des problèmes avec les fortes têtes. Tais-toi ! Ma femme est à côté de moi. Je ne sais pas encore où on va aller. Van Damme ! Non, Jelle ! Mais s'il est drôle comme Jean-Claude, on peut se marrer. Il n'y a qu'un seul phénomène en Belgique, c'est Mbokani. Sur les 250 joueurs avec qui j'ai joué dans ma carrière, il est, avec Ribéry, un des meilleurs.lpar stéphane pauwels (recueilli par tim baete) - photos : reporters Cette situation ne peut plus durer. Il nous faut la mentalité d'une équipe qui joue le maintien !