Alors comment tu vis ton prêt à Saint-Trond ?

Pierre-Yves Ngawa : Bah, très bien jusqu'ici. Je suis venu à Saint-Trond, car je voulais du temps de jeu. On peut dire que ça fonctionne pour le moment, puisque je joue depuis le début de la saison. Je bosse à fond chaque jour. C'est dommage qu'on ne soit pas un peu mieux classé. Au niveau personnel, j'avoue être satisfait. Idéalement, j'espère un jour pouvoir retourner au Standard, même si actuellement, à mon poste, je suis barré par Réginal Goreux.
...

Pierre-Yves Ngawa : Bah, très bien jusqu'ici. Je suis venu à Saint-Trond, car je voulais du temps de jeu. On peut dire que ça fonctionne pour le moment, puisque je joue depuis le début de la saison. Je bosse à fond chaque jour. C'est dommage qu'on ne soit pas un peu mieux classé. Au niveau personnel, j'avoue être satisfait. Idéalement, j'espère un jour pouvoir retourner au Standard, même si actuellement, à mon poste, je suis barré par Réginal Goreux. Je les ai mises entre parenthèses depuis que je suis à Saint-Trond. Avec les déplacements, c'est devenu impossible de gérer le foot et les études. En réalité, j'étais en début de troisième année. Mon but a toujours été de devenir avocat. Le foot passe avant tout ! Mais il ne faut pas oublier que j'ai choisi des études qui sont compatibles avec le foot. Le droit offre énormément de débouchés dans le milieu du foot. Dans le droit, il y a beaucoup de métiers qui touchent au sport. Même si j'essaie de ne pas y penser, je n'oublie pas qu'en foot, tout peut s'arrêter subitement, avec une blessure ou un accident. Mes parents souhaitent que je continue mes études. Je pense aussi que les jeunes joueurs ne devraient pas arrêter en humanités pour privilégier le foot. On dit souvent que c'est inconciliable, mais c'est faux. Il existe plusieurs alternatives permettant de concilier les deux, et notamment via des cours du soir. Le racisme, évidemment. Au Lierse, j'ai dû subir des cris de singe de la part des supporters. Et ce n'est pas la première fois là-bas. Mon père m'a dit de rester zen. Mais honnêtement, ça fait mal, Steph. Tu ne t'en rends pas compte... Je ne souhaite à personne de vivre cette expérience. J'ai conscience aussi qu'il s'agit sans doute d'une minorité, mais bon... l'Union belge doit sévir, comme elle l'a fait dans les affaires entre Wallons et Flamands. Parce que ces problèmes, ça continue d'exister et c'est intolérable. Bien, je viens de jouer contre l'Angleterre et la Norvège. C'est sûr que ça va être difficile pour nous, mais je crois en cette équipe. L'ambiance qui y règne est exceptionnelle. Il y a des Flamands, des Wallons, des Blacks et des Maghrébins et tout se passe pour le mieux. Ouais, c'est génial ! Ça m'a fait super plaisir, tant pour lui que pour moi. Je lui ai d'ailleurs envoyé un sms. Ce genre d'événements, ça nous encourage et ça nous fait rêver. Ce n'est pas chaque jour qu'un Espoir marque avec un club de Ligue 1. Je suis fier de ce qu'il a fait. J'en ai déjà réalisé un : jouer en D1 belge. Mais mon rêve ultime, c'est un jour de jouer à Chelsea. Tous mes potes me le disent ! Ils sont tous fans du Barça ou du Real. Je ne devrais peut-être pas le dire... Mais oui ! PROPOS RECUEILLIS PAR TIM BAETE " Dans les Espoirs belges, il y a des Flamands, des Wallons, des Blacks et des Maghrébins... Et l'ambiance est exceptionnelle !"