Alors, pas trop déçu d'avoir perdu la petite finale ?

Honnêtement, non. Etre troisième ou quatrième, ça ne changeait finalement rien pour nous. Notre Coupe du monde a de toute façon été réussie, malgré cette défaite face à l'Allemagne. On était vraiment épuisés. Durant la deuxième mi-temps, on n'avait vraiment plus les jambes. Cette finale des perdants est aussi un match difficile à jouer, car il n'y a pas vraiment d'enjeu. On a aussi vu que ça s'est joué à rien du tout. En réalité, la déception était plus forte en demi-fin...

Honnêtement, non. Etre troisième ou quatrième, ça ne changeait finalement rien pour nous. Notre Coupe du monde a de toute façon été réussie, malgré cette défaite face à l'Allemagne. On était vraiment épuisés. Durant la deuxième mi-temps, on n'avait vraiment plus les jambes. Cette finale des perdants est aussi un match difficile à jouer, car il n'y a pas vraiment d'enjeu. On a aussi vu que ça s'est joué à rien du tout. En réalité, la déception était plus forte en demi-finale. On a une véritable équipe de compétiteurs. On avait aussi fait de bonnes qualifications. On est vraiment animé par la rage de vaincre. Et jouer pour la Céleste, c'est un honneur incroyable, c'est au-dessus de tout. Non, pas du tout. La plupart de nos joueurs évoluent en Argentine et en Europe, à un très bon niveau. Le championnat d'Argentine est très relevé, beaucoup plus que notre championnat national. En Uruguay, la compétition est trop petite pour percer. On est donc obligé de s'expatrier. Franchement, ma mentalité, que ce soit en club ou en équipe nationale, est la même. Mais c'est vrai qu'avec l'Uruguay, je me sens pousser des ailes. J'ai l'impression de n'avoir aucune limite. En plus, on forme un vrai bloc ensemble. C'est le collectif qui nous a fait réaliser ces prestations. Non, il n'y a pas de star dans notre équipe. Les gens se trompent totalement quand ils disent cela. Diego ne se la pète absolument pas. C'est même quelqu'un de très réservé. Il a beau avoir été le meilleur joueur de la Coupe du Monde, il n'a pas du tout un comportement de star. C'est quelqu'un qui vit tranquillement, sans strass et paillettes. D'ailleurs, au pays, il n'est pas plus aimé qu'un autre. C'est notre collectif qui est adulé. L'Uruguay est un petit pays et le collectif y est aussi un élément-clé. Ouais ! J'ai taclé deux fois plus qu'à Monaco. J'ai essayé d'amener une agressivité positive sur le terrain. J'étais là pour ça et pour contrer les offensives adverses. Et quand t'as des joueurs tels que Forlan et Suarez devant toi, t'es encore plus motivé ! Tu leur donnes un bête ballon et ils le transforment en pépite d'or. Non rien, sauf des vacances. Je suis vraiment carbonisé ! lpar stéphane pauwels (recueilli par tim baete ) - photos : reporters Quand t'as des joueurs tels que Forlán et Suarez devant toi, t'es encore plus motivé ! Tu leur donnes un bête ballon et ils le transforment en pépite d'or.