Alessandro, quel but tu nous as mis !

Alessandro Cordaro : Ouais, c'était un but de fou. En fait, je ne me suis pas posé de questions. J'ai frappé la balle comme elle venait.
...

Alessandro Cordaro : Ouais, c'était un but de fou. En fait, je ne me suis pas posé de questions. J'ai frappé la balle comme elle venait. En réalité, je me suis dirigé vers mes coéquipiers Baguette et Chabaud. Avant le match, ils m'ont dit que j'allais marquer et que je sprinterais ensuite vers eux. Ils avaient raison ! Non, pas du tout. C'est vrai que j'ai été blessé et qu'en conséquence, je n'ai pas joué beaucoup. Il a fallu que je patiente. L'équipe a aussi beaucoup tourné. Maintenant, je pense avoir montré au coach qu'il peut désormais me titulariser à nouveau. Ecoute Stéphane, il y a un penalty gros comme une maison qui n'a pas été sifflé sur moi en première mi-temps. Je pense donc que l'autre penalty a été sifflé pour Hosni en compensation. Il était facilement un mètre en dehors du rectangle. Je comprends donc pourquoi Courtrai a râlé. C'est vrai que normalement, un arbitre ne doit pas faire de compensation. Mais là, on ne va quand même pas s'en plaindre ! On a pourtant un bon groupe, qui est en plus techniquement très fort. Mais on souffre au niveau mental. On n'arrive pas à répéter les bonnes prestations. On a tendance à vite lâcher. Le paradoxe est qu'on est capable de battre n'importe qui. Dans le noyau, on a beaucoup de caractères forts mais on manque cruellement de leadership. C'est bien possible... Demol, sans hésitation ! Parce qu'avec lui, je suis sûr que je peux progresser. Il a un vécu d'ancien footballeur et de grand joueur. Il comprend ses joueurs. Ok ! Mais quand il entraînait Mons, il restait trop dans son rôle de formateur. Il était beaucoup trop scolaire. Il nous imposait une discipline comme on fait avec les Cadets. Le club me manque un peu parce que tous mes amis y sont encore. J'ai fait un choix qui cadre totalement avec mon plan de carrière. Dans le contexte montois de l'époque, il fallait absolument que je change d'atmosphère. Je viens d'une famille de Siciliens et donc d'Italiens. Mes idoles étaient des joueurs tels qu'Enzo Scifo ou encore Marco Casto. Chez les Cordaro, on est une famille de foot. De père en fils, on est supporters de la Juventus. On vit vraiment ce sport au quotidien et chaque dimanche, on se réunit pour voir les matches. Mon idole absolue est Alessandro Del Piero. Ça tombe bien, Steph ! Si, éventuellement, Sport/Foot Mag pouvait m'aider à en trouver une, ce serait génial. Mais il en faut une qui soit passionnée par le foot, qui le regarde avec ma famille et qui supporte la Juve... mais surtout mon caractère. "Si Sport/Foot Mag pouvait m'aider à trouver une copine, ce serait génial..."