Stefaan Tanghe (31 ans) et le FC Utrecht se sont qualifiés pour l'UEFA pour la troisième année de suite. Cette fois, la qualification a eu un panache supplémentaire, puisque l'équipe de Tom Van Mol et de Stijn Vreven a battu Feyenoord en Coupe.
...

Stefaan Tanghe (31 ans) et le FC Utrecht se sont qualifiés pour l'UEFA pour la troisième année de suite. Cette fois, la qualification a eu un panache supplémentaire, puisque l'équipe de Tom Van Mol et de Stijn Vreven a battu Feyenoord en Coupe. Stefaan Tanghe : Elle a duré deux jours et autant de nuits ! Heureusement que je me repose à Rhodes, maintenant. Toute la ville a fait la fête. Nous avons reçu un accueil fantastique. Pour beaucoup, aussi, c'était un bel adieu après une période fantastique de trois ans, durant laquelle nous avons construit une équipe. Nous avons terminé huitièmes tout en nous qualifiant pour la finale. Mais cette fois, nous l'avons gagnée ! C'est l'apothéose de la saison, surtout compte tenu des difficultés financières du club. Nous y pensions depuis des mois. Nous étions empreints d'un sentiment de revanche d'autant plus exacerbé que l'année dernière, nous avions été battus à cause d'un but marqué sur hors jeu. Nous savions que nous avions une chance unique. Nous voulions être tous à 100 %, concentrés et motivés. C'est peut-être ça qui a fait la différence. C'est une piètre excuse. Nous avons été meilleurs, même si plusieurs décisions discutables ont été prises à notre avantage. Elles n'ont pas influencé le cours du match. Nous avons eu le brin de chance nécessaire et notre victoire confirme le talent de notre équipe. Dans dix ans, ils devront ériger une statue en notre honneur sur la grand-place car il s'écoulera du temps avant qu'Utrecht ne regagne une Coupe des Pays-Bas. Je l'ai vécue avec intensité, à ma façon. Je ne suis pas de ceux qui se font remarquer. Je laisse ça aux plus jeunes. Mais j'ai quand même eu la chair de poule en pénétrant dans le stade, devant 40.000 personnes. Je ne vivrai sans doute plus jamais de moment pareil. Sept joueurs importants quittent le club. Il sera difficile de rééditer la même saison. Les supporters le savent. Le club doit s'assainir. J'espère que nous pourrons récupérer Michael Mols pour compenser le départ de Dirk Kuijt. Nous devrons miser entre la huitième et la dixième place. Ça devient difficile. Je vais probablement devoir assumer davantage de responsabilités sur le terrain et en dehors. Peut-être pourrai-je mettre cette situation à profit pour m'illustrer aux yeux d'autres clubs. Une proposition intéressante est toujours la bienvenue. Le club m'a transféré pour un million d'euros. Il voudra sans doute récupérer une partie de sa mise ? (F. Vanheule)