Pour la troisième saison de suite, le FC Utrecht s'est qualifié pour la finale de l'Amstel Cup. Si Tom Van Mol espère réussir ses adieux au Kuip, Stefaan Tanghe (32 ans) veut signer une belle performance face au FC Twente, afin d'adjoindre un nouveau prix à son palmarès.
...

Pour la troisième saison de suite, le FC Utrecht s'est qualifié pour la finale de l'Amstel Cup. Si Tom Van Mol espère réussir ses adieux au Kuip, Stefaan Tanghe (32 ans) veut signer une belle performance face au FC Twente, afin d'adjoindre un nouveau prix à son palmarès. Stefaan Tanghe : En effet. En championnat, nous pouvons tout au plus terminer sixièmes, ce qui n'est pas très intéressant, puisque cette position n'offre pas de qualification européenne. La finale n'en a que plus d'importance. Depuis un bon mois, nous nous entraînons différemment. C'est en quelque sorte notre troisième préparation de la saison : c'est physiquement intense, nous reconstruisons tout. Ce fut d'autant plus dur que nous devions quand même jouer le week-end. Nous avions déjà procédé ainsi l'année dernière, avec le résultat que vous savez : une victoire 1-4 à Feyenoord. C'est pour ça que nous observons le même rituel. Nous ne sommes pas les grands favoris du match, même si nous défendons notre titre. Ce sera un match ouvert, entre deux équipes qui se valent. C'est 50-50. La forme du jour et la chance seront déterminantes. Il est difficile de faire des pronostics. Nous devrons en tout cas surveiller étroitement Blaise N'Kufo. Il marque presque à chaque rencontre et est capable de faire la différence. C'est un avant très solide et opportuniste. C'est le problème. Nos deux attaquants atteignent à peine dix buts. Soyons honnêtes : c'est beaucoup trop peu, même s'ils travaillent beaucoup pour l'équipe. La saison passée, nous pouvions compter sur le duo Gluscevic-Kuijt, qui a marqué quelque 40 buts. Je suis le meilleur buteur de l'équipe, maintenant : c'est tout dire. Cela ne devrait pas être possible. Oui, car il s'agissait d'une année de transition, compte tenu des problèmes financiers du club. Certains nous prédisaient même la zone rouge. L'entraîneur a certainement une part dans notre réussite : nous terminons facilement parmi les neuf premiers et nous sommes en finale de la Coupe. C'est une performance pour notre jeune noyau. Non mais j'étais derrière le but, pour le supporter ! Il sait parfaitement estimer quand il doit se mêler au groupe ou prendre ses distances. Il ne joue pas les grands chefs, cependant, même s'il sait remettre les choses à leur place. Chez nous, chaque entraînement est un match. C'est vraiment typique de lui. Il est très psychologue, motivant et tactiquement fort. Il sait écouter l'opinion des joueurs chevronnés. Je peux me considérer comme le porte-parole de l'équipe et le relais de l'entraîneur. Il a d'ailleurs exigé que le club prolonge mon contrat en premier. J'ai signé pour trois ans, à d'excellentes conditions. Je n'ai aucune raison de vouloir partir car on m'apprécie énormément ici. par Frédéric Vanheule