Fondé en 1900
...

Fondé en 1900 Président : Reto Stiffler Stade : Maurice Dufrasne (30.023 places) Site : www.standard.be Transfert le plus cher de tous les temps : Vedran Runje (3 millions d'euros, Olympique Marseille, 2004) Palmarès : 10 titres, 5 Coupes de Belgique Saison passée en CL : - Parcours de qualification : automatique Le Serpent a flirté avec le VfB Stuttgart mais est finalement resté un an de plus à Sclessin. Ainsi surnommé pour son art de se faufiler à travers les défenses, le Serbe a inscrit 28 buts lors des deux dernières saisons et il a une part considérable dans les deux titres du Standard. Parfois excentrique, il est toujours correct et a gagné le c£ur des supporters. Laszlo Bölöni procède en 4-2-3-1, DieumerciMbokani étant le seul avant. La pression s'exerce surtout depuis les flancs. Les trois médians ont un tempérament offensif et Bölöni ne s'en prive pas contre des adversaires plus costauds, en coupe d'Europe. Le Standard varie beaucoup ses attaques, qui sont amorcées des flancs ou de l'axe mais toujours de manière directe car les médians aussi cherchent le chemin le plus court vers le but. StevenDefour et AxelWitsel se partagent la transition. Une fois le ballon reconquis, ils le relancent très vite. Le Standard possède énormément de physique. La transition est ultra-rapide. Defour se distingue dans l'entrejeu défensif, par sa vista et une maturité étonnante pour un joueur de 21 ans. Hormis Onyewu, le Standard a conservé tous ses titulaires. Il est capable de se sublimer dans l'Enfer de Sclessin, encore plus en Coupe d'Europe. Mbokani, Jovanovic et Defour possèdent la classe internationale. Par contre, le départ d'Onyewu pèse car il n'a pas été remplacé par un élément de même valeur. Le noyau est un peu étriqué, ce qui limite les possibilités de rotation comme de remplacement de blessés. Laszlo Bölöni ROM 11/03/1953 Il a fait patienter le Standard jusqu'en fin de saison avant de prolonger son contrat, déclarant qu'il avait d'autres offres. Sclessin a poussé un soupir de soulagement quand il a resigné. En l'espace d'une saison, le docteur en dentisterie a placé son empreinte sur sa jeune équipe, déplaçant notamment Jovanovic sur l'aile gauche. Bölöni ne pense qu'au succès sportif. Les autres facettes de sa personnalité - charme, humour - servent tout au plus en coulisses. Il se joue des questions qui lui déplaisent et seriner des banalités devant les micros ne l'intéresse pas non plus. Sa mission, c'est de retirer le maximum de ses jeunes joueurs. Il lui arrive de demander des renforts mais s'ils ne viennent pas, le lendemain, il retourne au quotidien avec un calme imperturbable et cherche stoïquement des solutions, qu'il trouve généralement.