La parenthèse du calme

Est-ce le son léger des matches à huis clos qui a porté son écho jusqu'au bout du mercato ? Plus long que d'habitude, le marché liégeois a surtout été bien plus calme qu'à l'accoutumée. Peu de nouveaux venus à se mettre sous la dent, d'abord. Après l'arrivée précoce, mais presque anonyme de Laurent Henkinet, puis le transfert en grandes pompes de Jackson Muleka, meilleur coup de l'été rouche, il a fallu attendre les dernières heures du mercato pour voir l'arrière latéral Laurent Jans et le jeune ailier français Eddy Sylvestre offrir de la concurrence sur les flancs trop peu fournis du noyau de Philippe Montanier.
...

Est-ce le son léger des matches à huis clos qui a porté son écho jusqu'au bout du mercato ? Plus long que d'habitude, le marché liégeois a surtout été bien plus calme qu'à l'accoutumée. Peu de nouveaux venus à se mettre sous la dent, d'abord. Après l'arrivée précoce, mais presque anonyme de Laurent Henkinet, puis le transfert en grandes pompes de Jackson Muleka, meilleur coup de l'été rouche, il a fallu attendre les dernières heures du mercato pour voir l'arrière latéral Laurent Jans et le jeune ailier français Eddy Sylvestre offrir de la concurrence sur les flancs trop peu fournis du noyau de Philippe Montanier. Le véritable défi de l'été résidait finalement dans le maintien sur la pelouse de Sclessin de cadres convoités, dans un jonglage périlleux avec des finances mal en point. Finalement, Mërgim Vojvoda sera le seul titulaire à quitter les bords de Meuse. Même une poussée à huit chiffres de dernière minute pour Samuel Bastien, venue de West Ham, n'aura pas fait broncher les dirigeants liégeois, tout aussi impassibles quand le Golfe était venu frapper à la porte de Maxime Lestienne avec un salaire royal, mais une offre de transfert insuffisante. La qualification pour les poules de l'Europa League, la vente du stade et, surtout, l'arrivée du puissant François Fornieri ont apaisé l'orage financier qui planait sur la Principauté, et le départ avorté d' Omar Colley vers Fulham a bloqué le départ de Kostas Laifis vers l'Italie. En attendant les remous que devrait provoquer l'arrivée déjà chuchotée de Lucien D'Onofrio dans les prochains mois, Sclessin profite du calme. Le calendrier initial, jalonné d'adversaires abordables, a forcément facilité la mise en route, mais les Rouches semblent avoir mûri, malgré quelques points éparpillés dans le début du marathon européen. Surtout, ils ont progressé dans leur approche défensive, avec une maîtrise affichée lors d'un choc wallon dominé en terres ennemies. Contrairement aux craintes du début de l'été, les play-offs 1 n'ont plus l'allure d'une utopie.Débarquer en Europe avec l'étiquette de " meilleur attaquant du continent africain " est indéniablement encombrant. Heureusement pour le Standard, la pression ne semble pas être un problème pour Jackson Muleka. Le buteur prodige du Tout Puissant Mazembe s'est installé tranquillement dans la Principauté, faisant trembler les filets et chavirer les tribunes pour la première fois face à Zulte Waregem. Plutôt véloce, débordant d'énergie et obsessionnellement orienté vers le but, l'attaquant congolais dispose du package complet pour devenir le chouchou de Sclessin, en quête inassouvie d'un buteur duquel tomber éperdument amoureux depuis le départ de Michy Batshuayi, malgré l'intérim initialement réussi d' Orlando Sá ou le courage de Renaud Emond. Jackson semble prêt à prendre le relais, et à enfin mettre un terme à ce choix entre Obbi Oulare et Felipe Avenatti, qui a souvent torturé les tribunes liégeoises ces derniers mois. Un grand Standard a besoin d'un grand attaquant. Les Rouches espèrent l'avoir trouvé. Top: Nicolas Raskin Très rarement utilisé la saison dernière, Nicolas Raskin s'est installé dans l'équipe de Philippe Montanier. Hargneux à la récupération et déroutant avec le ballon, il devient déjà le patron du milieu liégeois. Flop: Felipe Avenatti Performants défensivement, les Rouches peinent par contre à trouver la bonne formule à l'autre bout du terrain. Des galères incarnées par un Felipe Avenatti qui n'a encore marqué qu'une fois cette saison.