Un mercato vite fait bien fait

Pendant que la majorité des clubs réfléchissaient à des renforts possibles et reprenaient les entraînements avec un noyau très provisoire, le Standard achetait. Jamais, dans l'histoire récente, les Liégeois n'avaient fait leur marché aussi tôt. Les premiers matches de la saison montrent que ces opérations avaient été bien préparées.
...

Pendant que la majorité des clubs réfléchissaient à des renforts possibles et reprenaient les entraînements avec un noyau très provisoire, le Standard achetait. Jamais, dans l'histoire récente, les Liégeois n'avaient fait leur marché aussi tôt. Les premiers matches de la saison montrent que ces opérations avaient été bien préparées. On pouvait par exemple s'interroger sur l'utilité de faire son business du côté d'un club moyen comme Mouscron. Mais Mërgim Vojvoda et Selim Amallah se sont adaptés à une vitesse grand V, ils sont de vrais titulaires du début de saison réussi. Guillermo Ochoa et Razvan Marin étaient deux piliers de la première saison de Michel Preud'homme, on pouvait s'inquiéter suite à leur départ, vu leur apport sur le terrain et dans le vestiaire. Jusqu'ici, la surprise Arnaud Bodart fait le boulot dans le but. Et on ne remarque pas davantage de conséquences du départ de Marin. Parce que dans le milieu du jeu, ils sont plusieurs à se répartir un gros travail, à la fois défensif et offensif. Par exemple, Samuël Bastien a passé un cap après une saison consacrée à son adaptation. Et puis il y a l'excellent Amallah, qui démontre toute son utilité derrière l'attaquant de pointe. Un autre ancien Mouscronnois est maintenant dans les bonnes grâces de Preud'homme : Maxime Lestienne, régulièrement intenable sur le flanc. On revoit le meilleur Lestienne, celui d'avant les galères. En parlant des flancs, il semblait certain, en fin de saison dernière, que Mehdi Carcela et Paul-José Mpoku ne faisaient définitivement plus partie du projet Standard. Mais, à cause de leur saison 2018-2019 mitigée sans doute, ils sont restés et semblent revenus à de bonnes dispositions mentales. Carcela, toujours en instance de départ, n'a pas beaucoup joué jusqu'à présent, mais un Carcela à 100 % vaut une place de titulaire, c'est incontestable. Que ce soit sur un côté ou comme deuxième attaquant, il doit être dans l'équipe. Reste à voir si le coach est disposé à lui octroyer la liberté individuelle qu'il a toujours réclamée, car un Carcela bridé est souvent un Carcela beaucoup moins efficace. Le plus surprenant dans le bon départ du Standard est le fait que Preud'homme soit toujours privé de plusieurs joueurs qui, sur le papier, doivent sans doute être dans l'équipe de départ. Par exemple, Zinho Vanheusden est partant certain dès le moment où il sera rétabli. Il doit attaquer sa saison de la confirmation. Autre retour fort attendu : Obbi Oulare. Dans l'esprit de MPH, il peut être le véritable numéro 9 dont le Standard a besoin - il n'en a pas pour le moment et c'est pour ça que Renaud Emond est obligé de jouer dans un rôle qui n'est pas idéal au vu de ses qualités spécifiques. On peut aussi s'attendre à ce que Felipe Avenatti, une fois à 100 %, soit un concurrent sérieux pour une place dans le 11 de départ. Au moment où plusieurs équipes continuent à chercher le bon système et la bonne compo, le Standard est déjà performant avec un groupe amputé de quelques gros bras. C'est surprenant. Et ça confirme que l'idée de transférer très tôt était un bon plan. INAmallah, Dussenne & Vojvoda (RE Mouscron), Boljevic (Waasland-Beveren), Gavory (Utrecht, Ned), Limbombe (Nantes, Fra), Milinkovic-Savic (Torino, Ita), Avenatti (Bologna, Ita), Dragus (Viitorul Constanta, Rou). OUTMarin (Ajax, Ned), Selahi (Twente, Ned), Carlinhos (Vitória, Por), Djenepo (Southampton, Eng), Luyindama (Galatasaray, Tur), Luchkevych (Oleksandria, Ukr), Déom & Frenoy (MVV, Ned), Rousseau (Virton), Ochoa (América, Mex), Balikwisha (Cercle), Kosanovic (Al Jazira, UAE), Halilovic (Heerenveen, Ned), Agbo (Braga, Por). Quand il a été contacté par le Standard, cet attaquant / ailier roumain a directement appelé RazvanMarin, qui lui a dit ceci : " Fonce, tu vas vite t'intégrer, fais-moi confiance. " Il y a pas mal de points communs entre les deux joueurs. Ils ont tous les deux un père qui a été footballeur professionnel, ils sont l'un et l'autre passés par l'académie de Gheorghe Hagi, ils ont joué en D1 de leur pays avec Viitorul, et Denis Dragus (20 ans) a l'âge qu'avait Marin au moment où il était arrivé à Liège. On peut aussi citer leur aisance technique au-dessus de la moyenne. Dragus ne s'en cache pas, la trajectoire de Marin l'a inspiré. Pour lui aussi, le Standard peut être un tremplin pour aller plus haut. En Roumanie, ce gros transfert à l'Ajax a fait la Une de tous les journaux sportifs à l'époque. Michel Preud'homme parle d'un " pari sur l'avenir ". Quoi qu'il en soit, le gamin était physiquement prêt dès son arrivée, au point de réussir les meilleurs tests physiques du groupe. Il a vite joué un match à enjeu avec les U21, en Coupe de Belgique, contre l'Union. Et il n'a pas fait les choses à moitié. Il a marqué un beau but et a fait le show : gestes techniques osés (coup du foulard, Madjer, etc), individualisme, provocation d'adversaires. Un peu trop mais il a montré qu'il n'avait pas froid aux yeux. Un gars de l'Union lui a carrément lancé, mais dans une langue que Dragus ne maîtrise pas encore : " Arrête de faire la star. " Le même adversaire a joint le geste à la parole en lui mettant un bon tacle. Preuve que le Standard croit en lui, il a signé un contrat de cinq ans et les Liégeois ont sorti un peu moins de 2 millions d'euros. Denis Dragus a déjà une grosse cote dans son pays et il a déjà été appelé deux fois en équipe nationale. Avec Marin, Dragus et Hagi junior, le centre de formation de Gheorghe Hagi devient un fournisseur privilégié de notre championnat.