NOUVELLE ANIMATION OFFENSIVE

Talentueux gaucher, possédant un dribble très court, une conduite de balle rapide, remarquable frappeur et recherchant l'appui sur ses combinaisons courtes, Boschilia devra trouver beaucoup de complicité technique devant lui en s'appuyant sur un n°9 capable de jouer juste dans ses remises ou déviations au sol. Le rôle de Santini/Teteh/Emond voire Mmaee sera crucial, tout comme la hauteur du bloc.
...

Talentueux gaucher, possédant un dribble très court, une conduite de balle rapide, remarquable frappeur et recherchant l'appui sur ses combinaisons courtes, Boschilia devra trouver beaucoup de complicité technique devant lui en s'appuyant sur un n°9 capable de jouer juste dans ses remises ou déviations au sol. Le rôle de Santini/Teteh/Emond voire Mmaee sera crucial, tout comme la hauteur du bloc. Des changements de position fréquents avec Dossevi seraient envisageables dans la mesure ou le Français migre régulièrement à l'intérieur tandis que le petit Brésilien est très à l'aise sur le flanc droit. Une autre option pourrait être envisagée en plaçant Edmilson en soutien de Santini, sa vitesse et ses courses sans ballon sont un atout mais sa relative inexpérience pourrait être un frein à un poste qui demande prise de responsabilité, personnalité, et grosse confiance en soi.Initié par Ferrera, ce travail est une découverte pour le quatre arrière. Un chantier qui a déjà coûté quelques buts, car la difficulté est d'identifier la hauteur de la ligne de quatre en fonction du côté attaqué par l'adversaire. Pour activer parfaitement ce piège du hors-jeu, la pression sur le porteur doit être optimale et les espaces entre les lignes défensives doivent être très réduits. Ce but encaissé contre Zulte Waregem (schéma) illustre cette incompréhension persistante : Verboom remet en retrait pour Kaya, qui a le temps de centrer grâce à la sortie trop tardive de Dossevi. Côté ballon, Arslanagic est LA référence pour la hauteur de la ligne défensive, mais Teixeira et Andrade prennent pour norme le placement de Trebel et Goreux. Un écart qui crée une profondeur exploitable pour le duo Leye et Thiam et qui coûtera un but. Le retour de Scholz permet de compenser certaines lacunes défensives collectives par son jeu de position défensif, notamment ses couvertures.Les projections de Yatabaré mettent rapidement sous pression le porteur adverse, surtout face à des adversaires à la technique " rudimentaire ". Cela profite à Dossevi, qui prend de plus en plus de place dans l'animation offensive du Standard grâce à sa conduite de balle et sa technique de centre, qui lui permettent de délivrer de bons ballons sans espace et/ou sous pression. Le Togolais aime aussi proposer une solution axiale supplémentaire. Les dribbles d'élimination de Dossevi en attaquant la profondeur sont extrêmement déroutants. Le rôle de fixation de Santini et les appels profonds de Knockaert, que devront faire à présent Edmilson ou Boschilla, à droite lui offrent l'espace nécessaire pour entamer ses chevauchées. Cette double palette sème l'incertitude chez le défenseur en ne lui donnant pas de référence " chronique ", puisqu'il crée le danger en partant vers l'intérieur OU vers l'extérieur du jeu.Après une période de tâtonnements pour trouver la bonne formule, Yannick Ferrera en est revenu à une formation basique avec un 4-4-1-1 évolutif pour réaliser sa première mission : mettre un terme à l'hémorragie défensive. Rappelons-nous que le coach est entré en fonction après un 7-1 concédé à Bruges. Pour ce faire, il a d'abord voulu mettre en place un pressing haut. Mais le manque de " gammes " défensives dans son effectif a fait du Standard une équipe trop étirée, et donc exposée démesurément aux contres de l'adversaire. Finalement, Ferrera est arrivé à mettre en place un bon quadrillage dans sa propre moitié de terrain, à élever l'intensité à la récupération et à rendre l'équipe plus compacte. Ce Standard est donc une très bonne équipe de contre, qui place de nombreux joueurs dans le rectangle pour conclure ses occasions. On tenterait presque la comparaison avec l'époque Luzon, sans la présence du duo Ezekiel - Batshuayi qui permettait alors de contre-attaquer de très bas. Ici, la ligne de récupération est déplacée plus haut, avec le rôle majeur de Yatabaré, et son rôle à la " Kouyaté " mettant très rapidement sous pression le porteur adverse, surtout contre des médians "rudimentaires" techniquement, ce qui profite pleinement à des éléments comme Dossevi qui peut profiter de la profondeur des éléments offensifs. D'autres ingrédients sont maintenant attendus, notamment l'acclimatation des nombreux nouveaux éléments. Les Rouches devront apprendre à gérer leurs émotions (nombreux cartons rouges), mais aussi à varier les circuits de passes pour parvenir à éviter les problèmes causés par des équipes qui savent répondre au combat physique, comme l'a fait Waasland-Beveren, ou être attentistes, comme Saint-Trond. Une équipe plus " joueuse ", telle Ostende a également souligné un point de travail en parvenant à se sortir du pressing du Standard pour le mettre en difficulté. PAR ALEX TEKLAKLe Standard actuel est une bonne équipe de contre, plaçant de nombreux joueurs dans le rectangle pour conclure ses occasions de but. Alex Teklak