LE NOUVEAU DENIS DRAGUS

Puisque les Rouches, contraints par leur situation financière et avant tout concentrés sur la colonne des ventes, n'ont pas encore conclu de deal entrant à l'heure d'écrire ces lignes, Denis Dragus a tout de l'atout fraîcheur de l'été liégeois. Près de deux ans après son arrivée, l'attaquant roumain ne cumule en effet que treize minutes officiellement passées sur les pelouses belges, réparties en trois rencontres sous les ordres de Michel Preud'homme.
...

Puisque les Rouches, contraints par leur situation financière et avant tout concentrés sur la colonne des ventes, n'ont pas encore conclu de deal entrant à l'heure d'écrire ces lignes, Denis Dragus a tout de l'atout fraîcheur de l'été liégeois. Près de deux ans après son arrivée, l'attaquant roumain ne cumule en effet que treize minutes officiellement passées sur les pelouses belges, réparties en trois rencontres sous les ordres de Michel Preud'homme. Pur produit de l'Académie de la légende des Carpates Gheorghe Hagi, Dragus débarque dans la Principauté à l'été 2019 avec la vingtaine tout juste acquise sur le passeport, des rêves plein la tête et une saison à onze buts sous les couleurs du Viitorul Constanta dans les valises. Que ce soit sous les ordres de MPH ou sous la houlette de son successeur, Philippe Montanier, Dragus séduit parfois mais irrite souvent ses coaches, qui regrettent en privé son côté trop individualiste. Mbaye Leye, qui récupère le joueur au terme d'un prêt peu fructueux dans les catacombes de la Serie A (neuf apparitions pour Crotone, le 19e du Calcio), semble par contre voir en lui une source de déséquilibre et d'exploit individuel qui manque cruellement à ses troupes depuis le déclin de Mehdi Carcela. Pour couronner le tout, le Roumain est une solution, interne et peu onéreuse, à ces soucis de différences individuelles déplorés par le coach sénégalais depuis sa prise de fonction. Durant la préparation, Denis Dragus paraît ainsi enfiler le costume de l'homme qui fait douter Mbaye Leye. Lancé vers un 3-5-2, mais titillé par l'idée alléchante d'associer le potentiel de sa promesse roumaine au duo formé par João Klauss et Jackson Muleka, le coach des Rouches tente ainsi des systèmes alternatifs et asymétriques pour intégrer une troisième menace offensive, différente des deux premières par sa faculté à créer un but à partir de rien. Parfois frustrant, mais souvent enivrant. 1 Klauss tout 9 Arrivé en cours de saison dernière, alors que le numéro généralement réservé à l'attaquant majeur était encore sur les épaules d'Obbi Oulare, le Brésilien João Klauss a profité de la mise à l'écart de l'ancien de Watford pour s'emparer du numéro 9. 2 Un brassard pour Kostas Passé de biceps en biceps au cours des derniers mois, de Zinho Vanheusden à Mehdi Carcela, en passant par Arnaud Bodart et Samuel Bastien, le brassard de capitaine sera désormais la propriété de Kostas Laifis, au club depuis cinq ans. 3 Stage à domicile Alors que la plupart des clubs belges ont pris la route des Pays-Bas, le traditionnel stage d'avant-saison des Rouches s'est déroulé au sein des installations du club, sur les hauteurs du Sart-Tilman. Question de santé ou bon moyen de faire des économies? Difficile, vu le changement de politique du club l'été dernier et la revue d'effectif de plus en plus large effectuée par Mbaye Leye lors des derniers play-offs 2, de mettre en évidence un jeune talent de l'Académie rouche qui n'ait pas encore eu droit à son baptême professionnel. Si Nathan Ngoy, lancé face à Ostende il y a quelques mois, semble tenir la corde pour une place dans la défense à trois des Liégeois, le premier remplaçant du trio mis en place par le coach sénégalais pourrait - au moins jusqu'au retour de blessure de Merveille Bokadi - s'appeler Ameen Al-Dakhil. Passé par Anderlecht avant de rejoindre le Sart-Tilman pour y effectuer l'essentiel de sa formation, le défenseur central né à Bagdad a rapidement haussé son niveau après d'inévitables erreurs de jeunesse lors de ses premières apparitions amicales. Pas toujours à l'aise à la relance, malgré un jeu long qui fait parfois mouche, sa personnalité sur la pelouse semble l'avoir fait passer devant Noë Dussenne dans la hiérarchie liégeoise.