La nouveauté, c'est Montanier

Le contraste est presque aveuglant. Un an après un mercato aussi précoce que gargantuesque, le Standard n'a bouclé qu'un seul transfert, rapatriant dans la Principauté un Laurent Henkinet qui devrait endosser le costume de deuxième gardien. Les optimistes parleront d'une volonté de stabilité, après plusieurs étés agités, alors que les plus critiques pointeront du doigt une trésorerie incapable de renforcer un noyau qui a affiché certaines limites la saison dernière. Le verdict devra attendre la fermeture du mercato. C'est seulement là qu'on saura si les Rouches, dont plusieurs cadres sont convoités et/ou ont des envies ...

Le contraste est presque aveuglant. Un an après un mercato aussi précoce que gargantuesque, le Standard n'a bouclé qu'un seul transfert, rapatriant dans la Principauté un Laurent Henkinet qui devrait endosser le costume de deuxième gardien. Les optimistes parleront d'une volonté de stabilité, après plusieurs étés agités, alors que les plus critiques pointeront du doigt une trésorerie incapable de renforcer un noyau qui a affiché certaines limites la saison dernière. Le verdict devra attendre la fermeture du mercato. C'est seulement là qu'on saura si les Rouches, dont plusieurs cadres sont convoités et/ou ont des envies de départ, ont conservé une ossature capable de jouer dans la cour des grands. En attendant les mouvements du marché, la nouveauté de l'été est au bord de la pelouse. Avec l'arrivée de Philippe Montanier, les Liégeois misent sur un taulier des bancs de touche, capable de bâtir des défenses imperméables et aussi pointilleux sur la qualité technique du jeu que sur l'intensité du pressing, deux des points sur lesquels il a le plus insisté lors des galops estivaux de ses nouveaux poulains. Même si le Français a testé une défense à trois, devenue un plan B intéressant, c'est bien une assise défensive à quatre qui devrait s'installer devant l'incontournable Arnaud Bodart. Sans véritable concurrence à gauche, malgré la bonne préparation du jeune Damjan Pavlovic, Nicolas Gavory tiendra compagnie à Kostas Laifis, Zinho Vanheusden et Collins Fai, seul changement dans la ligne arrière de la saison dernière suite au départ plus que probable de Mërgim Vojvoda. De retour d'une longue blessure, Noë Dussenne semble être l'alternative la plus fiable en cas de transfert de Vanheusden, même si la puissance de John Nekadio, petit frère de Christian Luyindama, a déjà séduit certains suiveurs. Au coeur du jeu, le duo formé par Samuel Bastien et Gojko Cimirot semble intouchable, et seul un transfert pourrait élargir les perspectives de temps de jeu d' Eden Shamir et Nicolas Raskin, auteurs d'une préparation aboutie mais confrontés à une concurrence colossale. Pour le troisième fauteuil axial, le profil plus offensif de Selim Amallah est indispensable. Sur les ailes, les offres venues d'Orient pour Maxime Lestienne et l'inconstance de Mehdi Carcela, qui semble déjà irriter son coach, donnent des perspectives aux jeunes, surtout regroupés dans ce secteur. Denis Dragus a entamé la préparation en fanfare avant de se blesser, et la hype a été reprise par le très rapide Abdoul Tapsoba, les frères William et Michel-Ange Balikwisha, et le très puissant Mitchy Ntelo, tous désireux d'exploser dès cette saison. Et si Obbi Oulare a hérité du numéro 9 sur le maillot, c'est plutôt Felipe Avenatti qui a pris l'avantage pour l'être sur le terrain. En difficulté la saison dernière, l'Uruguayen se régale depuis la reprise, et trouve le chemin des filets à chaque match. Un signe encourageant, car les grandes saisons rouches sont toujours emmenées par un buteur prolifique.