Le football hollandais est actuellement touché par des affaires de corruption. L'une concerne le club de Willem II Tilburg, où une ancienne connaissance de notre D1 belge, Ibrahim Kargbo (ex-RWDM et Charleroi) est soupçonné d'avoir trempé dans la combine. Des faits qui remontent à 2009. L'autre affaire, beaucoup plus récente, a trait à la rencontre amicale que le Standard a disputée face à un autre représentant de l'élite batave, Heerenveen. Durant cette partie, jouée en Espagne, où les deux formations étaient en stage, l'arbitre avait vraiment sifflé à l'emporte-pièce, en désignant notamment à 4 reprises le point de penalty. Lors du dernie...

Le football hollandais est actuellement touché par des affaires de corruption. L'une concerne le club de Willem II Tilburg, où une ancienne connaissance de notre D1 belge, Ibrahim Kargbo (ex-RWDM et Charleroi) est soupçonné d'avoir trempé dans la combine. Des faits qui remontent à 2009. L'autre affaire, beaucoup plus récente, a trait à la rencontre amicale que le Standard a disputée face à un autre représentant de l'élite batave, Heerenveen. Durant cette partie, jouée en Espagne, où les deux formations étaient en stage, l'arbitre avait vraiment sifflé à l'emporte-pièce, en désignant notamment à 4 reprises le point de penalty. Lors du dernier coup de réparation, arrêté par le gardien, il avait d'ailleurs fait rebotter la pénalité. Le referee en question, l'Espagnol Raul Nicolas Espejo, n'en était visiblement pas là à ses premières décisions incongrues. Jusqu'alors, il s'était essentiellement distingué par sa facilité déconcertante à brandir des cartons jaunes et rouges. Avant cette joute d'entraînement entre Belges et Hollandais, l'homme avait distribué pas moins de 38 avertissements en 6 matches de Segunda Division B, l'équivalent de notre D3. Au total, il en est d'ailleurs à 241 jaunes et 21 rouges en l'espace de 40 matches à peine. L'organisateur de l'affrontement, notre compatriote Guy Dejaeghere, réfute en tout cas vigoureusement les accusations, proférées par le camp hollandais, selon lesquelles c'est lui qui aurait contacté le referee en question pour diriger les débats. " A partir du moment où le match se déroule en Espagne, c'est la fédération de football de ce pays qui se charge des désignations " dit-il. " Voilà des années que j'organise des stages à l'étranger pour des équipes belges, néerlandaises ou même allemandes. C'est même moi qui ai mis sur pied le séjour récent de nos meilleurs sifflets à La Manga. Jamais il n'y a eu le moindre problème. Il n'y en aurait pas eu cette fois-ci non plus si le gardien de Heerenveen n'avait pas quitté le terrain au moment où le ref fit recommencer le dernier penalty. Du coup, ses équipiers empruntèrent son pas. Après le match, le team-manager du club frison, Herman van Dijk, un ancien arbitre lui-même, est venu s'excuser du comportement des joueurs. C'est tout dire. J'attends des excuses officielles aussi du club lui-même, et lui ai fait parvenir un courriel en ce sens ". Détail cocasse : deux jours avant leur affrontement contre les Rouches, les gars d'Heerenveen avaient livré une autre partie amicale contre un club belge : Saint-Trond. A cette occasion, ils ne s'étaient pas offusqués qu'un arbitre belge siffle les débats : Christoph Virant, celui-là même qui avait été recalé, au même titre que Jérôme Efong Nzolo en raison de tests physiques insuffisants en début de saison. Il n'y avait absolument rien eu à redire à propos de son arbitrage cette fois-là. Mieux même : Heerenveen s'était montré d'accord pour la désignation de Virant ou d'un autre arbitre belge pour les besoins de son match contre les Standardmen. Il en eût d'ailleurs été ainsi si le stage de nos sifflets avait duré deux jours de plus... PAR PETER T'KINTL'arbitre du match, Raul Nicolas Espejo, avait distribué pas moins de 38 avertissements en 6 matches de Segunda Division B.